Approche anthropologique et sociolinguistique des usages linguistiques et des mixités matrimoniales en Inde

par Madhura Joshi

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Marie Prieur.

Soutenue le 30-11-2012

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec DIPRALANG (Montpellier) (équipe de recherche) .

Le jury était composé de Jean-Marie Prieur, Cécile Canut, Gérard Heuzé, Gabrielle Varro.

Les rapporteurs étaient Cécile Canut, Gérard Heuzé.


  • Résumé

    Considéré comme une étape, un rite de passage incontournable dans les discours sociaux, le mariage en Inde est d'autant plus capital qu'il remplit une fonction de protection sociale par les réseaux de parenté qu'il génère. Dans sa fonction de légitimation, il est assujetti à des évolutions et devient le reflet de conflits sociaux, de rapports malaisés entre les communautés et l’État. La question de la mixité matrimoniale renvoie à celle des appartenances, à la mise en frontières entre un « nous » et un « non-nous ». Même s'ils sont montrés comme étant différents, déviants, transgressifs par rapport à la norme endogame, les mariages mixtes en Inde (comme ailleurs) ont toujours existé. Cette recherche présente une analyse croisée entre les discours instituants sur les mariages en Inde et les récits de mariages recueillis lors d'entretiens menés sur le terrain. Comment est-ce que la norme endogame émerge dans les discours ? Est-ce que tous les couples mixtes sont confrontés à l'opposition parentale ? Comment les locuteurs désignent-ils leur propre mariage ? À quelles catégorisations ont-ils recours pour se désigner et pour se distinguer des autres ? À quelle(s) adaptation(s) se livrent les époux dans les mariages mixtes ? Quels choix émergent comme importants dans la vie du couple et du point de vue de leurs enfants ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles cette recherche tente d'apporter des réponses.

  • Titre traduit

    An anthropological and sociolinguistic approach to language use and mixed marriages in India


  • Résumé

    Marriage in India is considered as a stage of life and a mandatory rite of passage in social discourses. It is of capital importance also because it provides for a form of social security through the kinship network that it generates. In its legitimating role, it is subject to evolution and reflects social conflicts between communities and the State. The question of mixed marriages refers to that of belonging and that of drawing borders between “us” and “non-us”. Even though they are portrayed as being different, deviant, transgressive of the endogamous norm, mixed marriages in India (as elsewhere) have always existed. This research presents a cross-analysis of the instituting discourses on marriages in India and the narratives of marriages collected during fieldwork. How does the norm of endogamy emerge in discourses? Do all mixed couples face parental opposition? How do the speakers name their own marriage? Which categorisations do they use toidentify and to distinguish themselves from others? What kind of adjustments do the spouses undertake in mixed marriages? Which choices emerge as being important in their conjugal life and from the point of view of their children? These are some of the questions which this study tries to address.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.