Le rapport isotopique de l'hydrogène dans les météorites de fer

par Céline Defouilloy

Thèse de doctorat en Sciences de la nature et de l'homme. Cosmochimie. Géochimie

Sous la direction de François Robert.

Le président du jury était Christophe Lecuyer.

Le jury était composé de Mark Thiemens, Stephen Mojzsis.

Les rapporteurs étaient Marc Chaussidon, Pierre Cartigny.


  • Résumé

    Les météorites de Fer sont généralement considérées comme étant des débris des noyaux de planétésimaux différenciés. Il existe pourtant des incertitudes concernant la formation de ces météorites de Fer. Un des outils que l’on peut utiliser afin de confirmer ou d’infirmer différentes hypothèses est le rapport isotopique de l’Hydrogène. En effet, le rapport isotopique de l’Hydrogène est très différent selon l’espèce porteuse de cet Hydrogène et selon les processus subis par le corps parent. Le rapport isotopique et les concentrations en Hydrogène ont été mesurés dans plusieurs météorites de Fer avec une sonde ionique IMS 3f. Les rapports isotopiques de l’Hydrogène varient de 93 ± 9 à 126 ± 11 x10-6 pour des concentrations variant de 0,5 ± 0,1 ppb à 120 ± 130 ppb. Deux groupes se distinguent lorsque l’on considère les concentrations : les météorites de Fer magmatiques contiennent très peu d’Hydrogène alors que les météorites de Fer non-magmatiques sont les plus riches en Hydrogène.


  • Résumé

    Irons meteorites are generally considered as remains of differentiated planetesimal cores. Yet, there are still some uncertainties regarding their formation. One proxy that could be used to confirm or not the different hypothesis regarding the formation of Iron meteorites is the Hydrogen isotopic ratio. Indeed, the Hydrogen isotopic ratio varies according to the bearing species and the process that had happened on the parent bodies. The Hydrogen isotopic ratio, as well as its concentration, have been measured in several Iron meteorites using an ion microprobe IMS 3f. Hydrogen isotopic ratios vary from 93 ± 9 to 126 ± 11 x10-6, while the concentrations vary from 0,5 ± 0,1 ppb to 120 ± 130 ppb. Two groups can be distinguished in regard of the concentrations. The magmatic irons have a very low H content while the non-magmatic irons are systematically richer in H.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (216 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 127-141

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2012 -- 09
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.