Trans-musicalité « taike » : Distinction d’une nouvelle « taiwanité » au sein d'un underground local (1990-2010)

par Damien Ligot

Thèse de doctorat en Etudes de l'Asie et ses diasporas

Sous la direction de Gregory B. Lee.

Soutenue le 16-01-2012

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) .

Le président du jury était Stéphanie Tsai Shuling.

Le jury était composé de Florent Villard.

Les rapporteurs étaient Andreas Steen.


  • Résumé

    Dans les années 1990 et 2000, la scène musicale underground taiwanaise a vu naître successivement le Taik – ou Rock Taike 台客搖滾 taike yaogun – puis le Taiwan Traditional Rap, ou 台灣味唸歌 Taiwan wei niange. Ces courants « trans-musicaux » se rejoignent sur de nombreux points tels que la revendication de « traditions » populaires locales, accompagnée cependant d'une forte complaisance au métissage culturel, et par-dessus tout d'un besoin de se définir – de s'identifier – en dehors des clichés aliénants du bon-goût, dictés de manière hégémonique par la culture « dominante » centrée depuis la fin des années 1940 sur le modèle de la République de Chine. Appuyée par un travail de terrain réalisé entre 2005 et 2010 selon les principes de l'observation participante, et pensée à la lumière des cultural studies et d'ouvrages d'auteurs tels que Dick Hebdige et Stuart Hall, cette thèse propose une approche « sensible » d'une sous-culture particulière, tempérée d'autre part par une critique des théories développées par Pierre Bourdieu dans La Distinction, Critique sociale du jugement. Elle tente ainsi – au travers du prisme trans-musical – de définir la place occupée par la sous-culture locale « Taike » dans l'histoire globale d'autres sous-cultures comparables, et s'impose alors en contexte tel un trait d'union entre Taiwan et le reste du monde.

  • Titre traduit

    ''Taike'' trans-musicality : distinction of a New Taiwanity in a Local Underground Scene (1990-2010)


  • Résumé

    In the 1990's and 2000's, the underground music scene in Taiwan successively gave birth to the Taik – also called Taike Rock 台客搖滾 taike yaogun – then to Taiwan Traditional Rap 台灣味唸歌 Taiwan wei niange. These "trans-musical" currents are similar in many issues such as the claim to local folk traditions, accompanied however by accomodating a strong cultural mix and by a need to define – to identify – themselves outside the alienating good taste, so dictated since the late 1940's by the hegemonic "dominant" culture focused along the lines of the Republic of China. This thesis proposes a ''sensitive'' approach to a particular subculture, furthermore tempered by a critique of theories developed by Pierre Bourdieu in Distinction: A Social Critique of the Judgment of Taste. It has been backed up by field studies conducted between 2005 and 2010 according to the principles of the participant-observer and trends of thought enlightened by cultural studies and works of authors such as Dick Hebdige and Stuart Hall. It attempts also – through the prism of trans-musicality – to define the place of the local "Taike" subculture in the global history of other comparable subcultures, as an essentiel link between Taiwan and the rest of the world.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.