Dimensions spirituelles de la poésie de Léopold Sédar Senghor et de Mohamed Al Faytouri

par Yassin Alguiz

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Laurent Mattiussi.

Soutenue le 20-01-2012

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) .

Le président du jury était Jean-Pol Madou.

Les rapporteurs étaient Inès Aboul Nasr.


  • Résumé

    Cette thèse est une étude comparative entre L. S. Senghor, poète sénégalais d’expression française, et Mohamed Al-Faytouri, poète soudano-libyen d’expression arabe. Elle consiste à révéler et comparer les dimensions spirituelles de leurs poésies. Elle vise également à mettre en évidence la multivalence de la quête qui est indissociable de leur écriture. Leurs œuvres s’articulent sur les rapports féconds et ambigus entre l’humain et le divin, le matériel et le spirituel, les vivants et les morts, le visible et l’invisible. La démarche critique suit les deux poètes dans leur aventure poético-spirituelle qui correspond à la trajectoire du mystique à la recherche du surréel et de l’absolu. La poésie senghorienne se nourrit du souffle animiste et de l’esprit chrétien. La poésie faytourienne est marquée par la spiritualité soufie et par la mystique africaine. Elle renferme aussi des allusions animistes et chrétiennes.Quel que soit le degré d’originalité propre à chacun d’eux, ils ont en commun des thèmes qui forment un ensemble cohérent. Leurs poèmes sont intrinsèquement imprégnés du mysticisme africain qui se manifeste dans l’omniprésence des Esprits et des Ancêtres. Les deux poètes ont le même désir de retourner aux origines, de réintégrer l’innocence originelle et d’entrer en communion avec le sacré ; ils ont la même aspiration à une pureté qu’ils cherchent dans une voie jalonnée de difficultés. Ils s’efforcent de sonder le sens de l’existence et de vivre en harmonie parfaite avec le cosmos. Ils recourent à la médiation de la femme, de la musique, de la nuit et de la nature afin d’établir la communication avec l’univers intime et secret de l’invisible.

  • Titre traduit

    Spiritual dimensions of the poetry of Lépold Sédar Senghor and Mohamed Al-Faytouri


  • Résumé

    This thesis concerns a comparative study between Senghor; a Senegalese poet who writes in French and Mohamed AL-Faytouri, half Sudanese half Libyan poet who writes in Arabic. It targets comparing the spiritual dimensions of their poems. Furthermore, it aims to show the multiple meanings of the quest that cannot be separated from their poems. Their writings describe the search of unity between human and divine, material and spiritual, the living and the dead and finally visible and invisible. Our critical approach would follow the poetic and spiritual adventure of both poets regarding their search for the surreal and the absolute. Senghor's poetry is influenced by the animist and Christian spirituality, while Faytouri’s poetry is inspired by the Sufi spirituality and by African mysticism.In spite of their different origins, they use the same themes that complete each other in establishing a coherent form. The two poets have the same desire to return back to the origins, find the original innocence and have the mystical union. Their search for “purity” in human nature is surrounded by danger. They aim to emphasis on the idea of living in perfect coherence with the Universe. Last but not least, the poets refer to woman’s mediation, music, night and nature to communicate with the intimate and the secret of the invisible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.