« La céramique égyptienne du Néolithique à l’époque arabe. Ses développements régionaux et leurs implications dans l’histoire culturelle de l’Égypte »

par Sylvie Lebon (Marchand)

Thèse de doctorat en Langues, histoire et civilisations des mondes anciens

Sous la direction de Jean-Yves Empereur.

Soutenue le 24-11-2012

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Histoire, géographie, aménagement, urbanisme, archéologie, sciences politiques, sociologie, anthropologie (Lyon) , en partenariat avec Histoire et sources des mondes antiques : Institut Fernand Courby & Institut des sources chretiennes (laboratoire) .

Le président du jury était Nicolas Grimal.

Le jury était composé de Laurent Bavay, David A. Aston.

Les rapporteurs étaient Pascale Ballet.


  • Résumé

    Mon inscription en thèse sur travaux est l’aboutissement et la reconnaissance d’un parcours de céramologue en Égypte dans le cadre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao). Un grand nombre d’opérations archéologiques sur tout le territoire égyptien nourrissent mes recherches, et m’ont logiquement conduite à développer la question des groupes céramiques régionaux, à les comparer et à en suivre les évolutions du Néolithique à l’époque arabe.La première partie de la synthèse établit un inventaire archéologique des centres de production de céramiques publiés en Égypte, de l’époque prédynastique à l’époque moderne. La seconde partie est consacrée aux groupes céramiques régionaux égyptiens. Une démarche linéaire et diachronique a été choisie pour la réalisation d’un parcours général des groupes céramiques régionaux en Égypte du VIIe millénaire à la fin de l’époque ottomane. Elle tente d’en décrire de façon dynamique les grandes lignes de rupture ou de continuité. Afin d’illustrer la richesse et l’intérêt de ce point de vue pour l’étude des céramiques égyptiennes, nous proposons deux études de cas qui sont situées aux antipodes l’une de l’autre tant sur les plans chronologiques et géographiques que culturels. En effet, chacune se réfère à des problématiques historiques, culturelles et techniques très différentes. L’une concerne la céramique funéraire datée de la fin de l’Ancien Empire à Bahariya ; l’autre étude se concentre sur la céramique égyptienne domestique du début de l’époque ptolémaïque, autour du IIIe siècle av. J.-C.

  • Titre traduit

    “Egyptian pottery from the Neolithic Period to the Islamic Period. Its regional developments and their involvements in Egypt’s cultural history”.


  • Résumé

    My registration to a thesis based on work experience is the outcome and recognition of a ceramologist career in Egypt within the framework of the Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao). A large number of archaeological operations throughout Egypt feed my research and they have logically led me to enlarge the issue of regional pottery groups, to compare and to monitor them and to follow their developments from the Neolithic Period to the Islamic Period. The first part of the synthesis provides an archaeological inventory of pottery production centres published in Egypt, from the Predynastic Period to the Modern Era. The second part is devoted to the Egyptian regional pottery groups. A linear and diachronic approach was chosen for the implementation of a general course of regional pottery groups in Egypt from the seventh millennium to the end of the Ottoman Period, attempting to dynamically outline the ruptures or continuities. To illustrate the richness and relevance of this perspective for the study of Egyptian potteries, we propose two case studies that are to the opposite of each other, at a chronological and geographical level as well as at a cultural level. Indeed, each refers to very different historical, cultural and technical issues. One concerns the funerary pottery dated of the end of the Old Kingdom in Bahariya; the other study focuses on Egyptian domestic pottery at the beginning of the Ptolemaic Period, dated around the third century BC.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.