Contestations rhétoriques et rivalités normatives à la Conférence du désarmement : Le discours diplomatique de la République populaire de Chine en matière de prévention d’une course aux armements dans l’espace de 1998 à 2009

par Olivier Moncharmont

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jean-Pierre Cabestan et de Eric Seizelet.

Le président du jury était Paul Bacot.

Le jury était composé de Bernard Sitt.

Les rapporteurs étaient Franck Petiteville, Frédéric Ramel.


  • Résumé

    La politique étrangère de la République populaire de Chine est l’objet d’explications doxiques qui, en vertu d’un raisonnement rationaliste positiviste, lui attribuent des visées secrètes, déterminées par des « intérêts » de « sécurité ». L’accession en 2003 de la Chine au rang symbolique de troisième puissance spatiale, après les États-Unis et la Russie, a été présentée par les experts réalistes des Relations internationales comme un témoignage supplémentaire de l’ambiguïté du pouvoir politique chinois quant à son utilisation des technologies militaires dans l’espace extra-atmosphérique. L’objectif de la thèse est de proposer une approche constructiviste de la politique étrangère chinoise en matière de Prévention d’une course aux armements dans l’espace. Il s’agit de reconnaître les sources premières par lesquelles le pouvoir politique chinois fait connaître et évoluer sa position en la matière. Le discours diplomatique produit à Genève par la délégation chinoise auprès de la Conférence du désarmement (CD) entre 1998 et 2009 est le matériau analysé par l’étude. Sa matérialité discursive est instituée dans des documents multiples au travers desquels sont produits des récits en légitimation des normes prescrites par la délégation chinoise ainsi que des représentations problématisées du réel social. La production discursive de normes façonne un ethos idéalisé du pouvoir politique en RPC. Elle est aussi constitutive de stratégies rhétoriques de coercition et de contestation destinées à contraindre la production discursive des délégations des autres États à propos de négociations connexes. Ces stratégies sont à l’origine du « blocage » de la CD depuis 1998.

  • Titre traduit

    Rhetoric Coercion and Normative Competition at the Conference on Disarmament : People's Republic of China Diplomatic Discourse in matter of Prevention of an Arms Race in Outer Space from 1998 till 2009


  • Résumé

    The People’s Republic of China foreign policy is subject to doxic explanations which, in accordance with a rationalist positivist problem-solving theory, see it as secretly determined by “security interests”. The symbolic world space power rank that China has gained until 2003, behind the United States and Russia, was set out by realist International relations experts as further evidence of Chinese political power ambiguity towards its possible application of military technologies in outer space. The purpose of this research is to put forward a constructivist approach of the Chinese foreign policy related to the Prevention of an arms race in outer space. Primary sources of its position must be identified in order to understand the way the Chinese political power develop it. The Geneva Conference on Disarmament (CD) diplomatic discourse produced by Chinese diplomacy between 1998 and 2009 is the material of the study. The discourse materiality is constituted by working papers and statements through which numerous narratives are produced in order to legitimate norms and to problematize the representations of social reality. Discursive production of international norms shapes an idealized ethos of the political power in People’s Republic of China. Discursive production is also constitutive of coercion and contestation strategies, designed to force the discursive production of the other State members representatives about related negociated issues. Since 1998, these strategies have resulted in the CD deadlock.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.