Rapport(s) aux(x) savoir(s) scientifique(s), situations didactiques et modes d’interactions en salle de classe en Haïti- Étude exploratoire auprès d’élèves de la fin du secondaire de la zone métropolitaine de Port-au-Prince

par Augustin Nelson

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Jean-Claude Régnier.

Soutenue le 23-06-2012

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Interactions, corpus, apprentissage, representations (laboratoire) .

Le président du jury était Line Numa-Bocage.

Les rapporteurs étaient Jacques Pain, Daniel Derivois.


  • Résumé

    Nous visons à mieux comprendre, à travers la notion composite de rapport(s) au(x) savoir(s), la façon dont le sujet apprenant haïtien se construit dans l'espace scolaire comme membre de la société et s'y intègre. L’approche se base sur des données construites sur des singularités d’« histoires » scolaires et des statistiques issues d’études sociologiques. Elles sont analysées et interprétées dans un cadre théorique inspiré de travaux développés par l’équipe ESCOL (Charlot, Bautier, Rochex) ou par Beillerot dans une perspective clinique, ou culturelle comme Hayder. Les situations sociopolitiques et économiques rendent complexes les rapports à l’école et à ses objets : ainsi dans la société haïtienne, les enseignants éprouvent des difficultés à susciter l’intérêt pour les savoirs scolaires et les apprenants expriment des sentiments d’abandon à leur sort. La réussite à l’école ne leur suffit pas pour se projeter dans un avenir plus assuré qu’il ne l’est actuellement. Malgré tout, des familles se sacrifient pour que leurs enfants continuent à fréquenter l’école. Ici s’origine une idée de mieux comprendre ce que signifie, pour un jeune haïtien le fait d’aller à l'école, d'y travailler ou non, d'y apprendre et comprendre les savoirs proposés. Notre question centrale : de quel ordre sont les facteurs qui influencent la(es) rapport(s) au(x) savoir(s) des sujets apprenant dans l’espace scolaire haïtien ? Notre hypothèse principale : La mobilisation du sujet apprenant pour investir la(es) savoir(s) dépend de ses rapports à lui-même, à l'institution (à travers les interactions avec les enseignant(e)s et personnels de direction) et de ce que ces savoirs mobilisent en lui.Ces questions sont abordées à partir de l’organisation de l’enseignement dans différentes institutions scolaires prenant en compte entre autres : qualité d’enseignement, rapports à la culture scolaire, question du sens de l’école et des savoirs, etc.. Nous tentons de formuler un problème éducatif en Haïti à partir d’une lecture «en positif » des situations des sujets apprenant. Un des constats : les savoirs étant présentés en vrac, ceux qui n’ont pas une stratégie de « survie » se perdent dans l’indifférence de la société.

  • Titre traduit

    Reports in scientific knowledge, didactic situations and modes of interaction in the classroom in Haiti.- Exploratory study of students completing high school in the metropolitan area of Port-au-Prince


  • Résumé

    We predict to better understanding the Haitian learning experience through the notions of its relationships with knowledge and how these relationships are built within the school system environment as a member of society leading up to the integration. This approach is based on individual students’ stories and statistical facts issued from sociological studies. On one hand, these stories and facts are been analyzed and interpreted within theoretical and academic frameworks developed by ESCOL (Charlot, Bautier, Rochex). On the other hand, they have been analyzed by Beillerot from a clinical perspective, and analyzed by Haydwe from a cultural standpoint. The socio-politic and economic situations have contributed to the complexity of the relationships between the learners and school environments. Consequently, teachers have endured difficulties to motivate students to learn meanwhile students have expressed desire to drop out from school given that academic success has not been sufficient to ensure a sustainable future to them. Nevertheless, Haitian parents, in spite of limited resources continue to invest in the education of their children. Herein, begin the idea of understanding what it means for young Haitians to attend school, to work or not, to learn and understand what they are being taught in school.Our central question: What are the influential factors within the relationships between the learners and Haitian school system? Our hypothesis: The motivation of a student to learn depends on intrinsic motivation; and the interaction between him or her and the school institutions trough interaction with teachers and administrative personnel.These issues are raised from the organization of the educative system through several institutions in assessment of the quality of instruction, relation with the school culture, questions on the importance of education, etc. We try to formulate the problem of the Haitian school system from a “positive model” of the learners’ circumstance. One of the findings, since knowledge is presented in bulk, those who do not have a "survival" strategy, are lost in the society frightening indifference.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.