De l'usage des métadonnées dans l'objet sonore

par Jean Debaecker

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Widad Mustafa El Hadi.

Soutenue le 09-10-2012

à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) , en partenariat avec Groupe d'Etudes et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication (laboratoire) .

Le président du jury était Fabrice Papy.

Le jury était composé de Widad Mustafa El Hadi, Fabrice Papy, Viviane Couzinet, Amos Davis, Brigitte Guyot.

Les rapporteurs étaient Viviane Couzinet, Amos Davis.


  • Résumé

    La reconnaissance des émotions dans la musique est un challenge industriel et académique. À l’heure de l’explosion des contenus multimédias, il nous importe de concevoir des ensembles structurés de termes, concepts et métadonnées facilitant l’organisation et l’accès aux connaissances. Notre problématique est la suivante : est-Il possible d'avoir une connaissance a priori de l'émotion en vue de son élicitation ? Autrement dit, dans quelles mesures est-Il possible d'inscrire les émotions ressenties à l'écoute d'une oeuvre musicale dans un régime de métadonnées et de bâtir une structure formelle algorithmique permettant d'isoler le mécanisme déclencheur des émotions ? Est-Il possible de connaître l'émotion que l'on ressentira à l'écoute d'une chanson, avant de l'écouter ? Suite à l'écoute, son élicitation est-Elle possible ? Est-Il possible de formaliser une émotion dans le but de la sauvegarder et de la partager ? Nous proposons un aperçu de l'existant et du contexte applicatif ainsi qu'une réflexion sur les enjeux épistémologiques intrinsèques et liés à l'indexation même de l'émotion : à travers lune démarche psychologique, physiologique et philosophique, nous proposerons un cadre conceptuel de cinq démonstrations faisant état de l'impossible mesure de l'émotion, en vue de son élicitation. Une fois dit à travers notre cadre théorique qu'il est formellement impossible d'indexer les émotions, il nous incombe de comprendre la mécanique d'indexation cependant proposée par les industriels et académiques. Nous proposons, via l'analyse d'enquêtes quantitatives et qualitatives, la production d'un algorithme effectuant des préconisationsd'écoute d’œuvres musicales.

  • Titre traduit

    The use of sound objects metadata


  • Résumé

    Emotion recognition in music is an industrial and academic challenge. In the age of multimedia content explosion, we mean to design structured sets of terms, concepts and metadata facilitating access to organized knowledge. Here is our research question : can we have an a priori knowledge of emotion that could be elicited afterwards ? In other words, to what extent can we record emotions felt while listening to music, so as to turn them into metadata ? Can we create an algorithm enabling us to detect how emotions are released ? Are we likely to guess ad then elicit the emotion an individual will feel before listening to a particular song ? Can we formalize emotions to save, record and share them ? We are giving an overview of existing research, and tackling intrinsic epistemological issues related to emotion existing, recording and sharing out. Through a psychological, physiological ad philosophical approach, we are setting a theoretical framework, composed of five demonstrations which assert we cannot measure emotions in order to elicit them. Then, a practical approach will help us to understand the indexing process proposed in academic and industrial research environments. Through the analysis of quantitative and qualitative surveys, we are defining the production of an algorithm, enabling us to recommend musical works considering emotion.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.