Verbs, Constructions, Alternations : Usage-based perspectives on argument realization

par Florent Perek

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Maarten Lemmens et de Martin Hilpert.

  • Titre traduit

    Verbes, constructions, alternances : La complémentation verbale de la linguistique de l'usage


  • Résumé

    L’objectif général de la présente thèse est d’évaluer dans quelle mesure la grammaire des verbes, aussi appelée complémentation verbale, peut être basée sur l’usage de la langue. La linguistique de l’usage (usage-based approach) constitue un récent changement de paradigme dans les sciences du langage, qui défend l’idée que la grammaire est un inventaire dynamique d’unités symboliques qui émergent et sont constamment redéfinies par l’usage de la langue. En adoptant une approche constructionnelle de la complémentation verbale et sur la base de données de l’anglais, nous traitons la question de la relation entre la grammaire des verbes et leur usage à trois niveaux d’organisation.Au niveau des verbes, nous comparons des résultats expérimentaux à des données de corpus, et trouvons que les plus fréquentes valences d’un verbe sont traitées plus facilement, ce qui montre que la valence est basée sur l’usage. Au niveau des constructions, nous montrons que, dans le cas de la construction conative, il est possible de formuler le sens d’une construction sur la base du sens des verbes en se plaçant au niveau de classes sémantiques, mais moins facilement au niveau le plus abstrait. Nous considérons ceci comme une preuve supplémentaire de l’importance des schémas de bas niveau sur les généralisations abstraites. Au niveau des alternances, nous suggérons que la productivité verbale peut être basée sur des relations d’alternances. Nous montrons que l’alternance dative présente une asymétrie en productivité, et que cette asymétrie peut être expliquée par des différences correspondantes en termes du nombre de verbes utilisés dans chaque construction.


  • Résumé

    The general goal of this thesis is to investigate to what extent the grammar of verbs, also called argument realization, can be based on linguistic usage. The usage-based approach is a recent paradigm shift in linguistics which takes the view that grammar is a dynamic inventory of symbolic conventions that emerges through, and is likewise shaped by, actual language use. Adopting a constructional approach to argument structure and on the basis of English data, we address the question of the usage basis of argument realization at three levels of organization.At the level of verbs, we compare experimental results to usage data, and find that more frequent valency patterns of a verb are processed more easily. These findings provide evidence for the usage basis of valency. At the level of constructions, we show that, in the case of the conative construction, it is possible to formulate constructional generalizations on the basis of verbal meaning at the level of semantically defined verb classes, but not so easily at the most abstract level. We take this as further evidence of the importance of lower-level schemas over broad generalizations. At the level of alternations, we present usage-based evidence that productivity can be based on alternation relations. We report that the dative alternation displays a productivity asymmetry, and we show that these differences can be explained by corresponding asymmetries in type frequencies.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.