L’art de combiner des fragments : pratiques hypertextuelles dans la littérature oulipienne (Raymond Queneau, Georges Perec, Italo Calvino, Jacques Roubaud)

par Pablo Martín Sánchez

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises


  • Résumé

    En s'appuyant sur les outils fournis par la théorie de la littérature et la littérature comparée, cette thèse vise à mettre en évidence les relations entre la littérature hypertextuelle et la littérature potentielle développée par le groupe Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle). Plus précisément, l'analyse des oeuvres hypertextuelles des principaux écrivains du groupe (Raymond Queneau, Georges Perec, Italo Calvino et Jacques Roubaud, sans que cela soit un obstacle à en convoquer d'autres) est une tentative de démontrer l'importance de l'Oulipo pour la naissance, le développement et la consolidation de l'hypertexte, compris comme une forme d'écriture multiséquentielle où différents fragments textuels reliés entre eux offrent un choix d'itinéraires de lecture. Cette conception structurelle du phénomène accueille à la fois les hypertextes sur support papier et les hypertextes numériques, tout en permettant de parcourir parallèlement l'histoire des littératures potentielle et hypertextuelle, depuis les années soixante (où sont forgés les deux termes), jusqu'à nos jours

  • Titre traduit

    The art of combining fragments : hypertextual practices in oulipian literature (Raymond Queneau, Georges Perec, Italo Calvino, Jacques Roubaud)


  • Résumé

    The present dissertation aims to reveal the connections between hypertextual literature and potential literature developed by Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle) using the tools given by the literary theories and comparative literature. More precisely, analysing the hypertextual works of the main driving forces of this literary group - Raymond Queneau, Georges Perec, Italo Calvino and Jacques Roubaud, among others - represents a way of proving the capital importance of Oulipo in the birth, developing and consolidation of hypertext as a form of multi-sequential writing, in which different parts of a text offer different itineraries for a particular reading. Conceiving this phenomenon structurally means including paper hypertexts as well as digital hypertexts, and makes possible a parallel journey along the history of potential and hypertext literature from the 1960s decade - where both terms where coined - to the present moment.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?