Jeux chamaniques, jeux marionnettiques : Aux sources d’une culture théâtrale

par Alain Guillemin

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Claude Jamain.


  • Résumé

    Autour du shaman ou du montreur de marionnettes des liens se tissent pour faire face au désordre grâce à une parole en mouvement. A une représentation humaine ou animale, à un objet animé rituel ils insufflent une vie crédible car simulée et porteuse de l'énergie paradoxale des morts-vivants. La Chine porte la marque profonde de la culture des shamans : on amène un esprit dans la figure pour "jouer les dieux". Voyage initiatique en Thaïlande, Malaisie, Indonésie où l'on confortera cette idée. Mythes et rites se réduisent à des règles formelles... ou retrouvent vie et prise sur l'actualité. Le personnage de bois ou de terre apparaît, dans les mythes africains, comme un secret rapporté du monde des morts ou des esprits. Chez les Papous, en Afrique, en Europe, l'épouvantail, le mannequin, l'effigie permettent de contourner, symboliquement, la reproduction sexuée. Au Moyen Age, en Europe, le marmouset (marionnette, idole, fantôme, épouvantail) et son théâtre, se cachent derrière une chantefable, dans les fabliaux, aux origines de la farce et du castelet. Entre le shamanisme des origines grec et celui des Barbares se resitue l'apport de Platon dans sa définition de l'âme. Comment se définit le "je" chez les Papous, chez le poète Fernando Pessoa, dans le mythe moderne de Pinocchio, chez le marionnettiste qui vit "plusieurs vies" ? L'art dramatique du XIXe siècle se meurt, épuisé par l'ego des comédiens ou écrasés par le réalisme naïf des marionnettes et la Grande Guerre amène à découvrir la prothèse, la vie simulée, l'acteur mécanique, l'effigie. Entre l'absence de conscience du mannequin et la conscience infinie du dieu, dirait Kleist, on agit dans les règles du jeu

  • Titre traduit

    Shaman acting, puppet acting : at the roots of a theatrical culture


  • Résumé

    Around the shaman or the puppet master, links be forged to face up to disorder thanks to a speech in motion. They inspire a life, credible because simulated and bearing the living dead's paradoxal energy, to a human or animal representation, to a ritual-caracterized animated object. China keeps the deep mark of the shamans' culture : a spirit is brought into the character to "play the gods". In Thailand, Malaysia, Indonesia will strenghthen this idea : myths and rituals are reduced to formal rules... or recover life and have a hold over the current events again. The wooden or clay character appears, in African myths, like a secret brought back from the world of the dead or of the spirits. In New Guinea, in Africa, in Europe, the scarecrow, the dummy, the effigy allow bypassing sexed reproduction in a symbolic way. In the Middle Ages in Europe, maumet (for puppet, ghost, scarecrow) and its theater, deserve being looked for behind the "chantefable", in "fabliaux", in the origins of the farce. Platon would have fetched among barbarians relationships between the body and the soul. This search will lead us to numerous definitions of "I" among Papuans, with fernando Pessoa, in puppet masters' practice, in the modern myth of Pinocchio, with the puppet master who experiences "several lives". XIXth century drama is dying, worn out by actors ego or emptied of its meaning by a puppet in search of naive realism, the Great War brings about discovering the prosthesis, the simulated life, the mechanical actor, the effigy. Between the dummy's absence of consciousness and the god's infinite consciousness. The shaman-puppet master van decide to act according to his own game rules


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.