Influence de la mutation NOD2 et d'un traitement antibiotique sur la colonisation et la pathogénicité d'AIEC dans l'exploration de la maladie de Crohn

par Maryline Drouet

Thèse de doctorat en Microbiologie

Sous la direction de Luc Dubreuil.

Soutenue le 12-06-2012

à Lille 2 , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé (Lille) .


  • Résumé

    Les lésions iléales de patients atteints de maladie de Crohn (MC) sont anormalement colonisées par Escherichia coli adhérent et invasif (AIEC). Les mutations du gène NOD2 sont un facteur de risque pour la MC iléale et diminuent la clairance bactérienne. Le système immunitaire inné et la flore commensale sont indispensables au maintien de l’intégrité de la barrière intestinale. Le but de notre étude est d’évaluer l’impact d’un déséquilibre de la flore commensale induit par un traitement antibiotique sur la colonisation par AIEC chez des souris sauvages (WT) et NOD2 knock-out (NOD2KO), et les conséquences sur l'inflammation intestinale.MÉTHODE : Après un traitement antibiotique de 3 jours par voie orale, des souris WT et NOD2KO sont infectées avec 10^9 UFC d'AIEC (06362 ou LF82) une fois par jour pendant 2 jours. Les contrôles sont constitués de souris non infectées et de souris infectées sans traitement antibiotique. Les animaux sont sacrifiés à J1, J5 et J60 après l’infection par AIEC. En parallèle, des souris WT sont infectées par AIEC consécutivement à un traitement par dextran sodium sulfate (DSS) et sont sacrifiées 9 jours plus tard. Des échantillons de côlon, d’iléon, et tissus mésentériques sont prélevés pour 1) quantifier AIEC dans les muqueuses colique et iléale, 2) étudier la translocation bactérienne et 3) évaluer les signes d’inflammation histologiques et moléculaires. RÉSULTATS : Sans traitement antibiotique, AIEC n’est pas capable de coloniser les souris WT et NOD2KO. Comparé aux animaux non traités, le traitement antibiotique a permis une augmentation significative de la colonisation des flores adhérentes colique et iléale par AIEC chez les souris WT et NOD2KO. Une colonisation persistante par AIEC était encore observée à J5 uniquement chez les souris NOD2KO, mais n’était plus détectée à J60. La translocation mésentérique d’AIEC était observée uniquement chez les souris NOD2KO. De plus, on remarque une plus grande sensibilité des souris NOD2KO traitées par antibiotiques à la colonisation intestinale par des entérobactéries opportunistes potentiellement pathogènes. Aucun signe d’inflammation intestinale histologique ou moléculaire n’est observé chez les souris WT et NOD2KO traitées par antibiotiques et infectées par AIEC. Au cours de la colite induite par le DSS, une colonisation et une persistance d'AIEC ont été observés dans le côlon. De plus, une augmentation dramatique des paramètres clinique, histologique et moléculaire de la colite a été observé chez les souris infectées par AIEC mais pas chez les souris infectées par une souche d'E. coli commensale.CONCLUSION : Le traitement antibiotique était nécessaire à la colonisation de l'intestin et des tissus mésentériques par AIEC, et la persistance d'AIEC était dépendante de NOD2. AIEC a exacerbé une colite préexistante induite par le DSS chez les souris WT.

  • Titre traduit

    Influence of NOD2 mutation and antibiotic treatment on AIEC colonization and pathogenicity in the exploration of Crohn's disease


  • Résumé

    Ileal lesions of Crohn's disease (CD) patients are abnormally colonized by adherent-invasive Escherichia coli (AIEC). NOD2 gene mutations are risk factors for CD and impair bacterial clearance. Since innate immune system and commensal microbiota are critical to maintain intestinal barrier integrity, we evaluated the impact of commensal microbiota disruption induced by short term antibiotic treatment on AIEC colonization in wild type (WT) and NOD2 knock-out mice (NOD2KO), and the consequences on intestinal inflammation. Methods: After 3 days of oral antibiotic treatment, WT and NOD2KO mice were infected with 10^9 CFU AIEC once a day for 2 days. Controls are constitued by non infected mice and mice challenged with AIEC without antibiotic treatment. Animals were sacrificed 1, 5 and 60 days after AIEC administration. In parallel, mice were challenged with AIEC subsequent to a dextran sodium sulfate (DSS) treatment and sacrificed 9 days later. Ileum, colon, and mesenteric tissues were sampled for 1) AIEC quantification in ileal and colonic tissues, 2) bacterial translocation, and 3) evaluation of intestinal inflammation. Results: Without antibiotic treatment, AIEC was not able to colonize WT and NOD2KO mice. Compared with non-treated animals, antibiotic treatment led to a significant increase in ileal and colonic adherent AIEC colonization in both WT and NOD2KO mice. Persistent AIEC colonization was still observed until day 5 only in NOD2KO mice, disappearing at day 60. Mesenteric translocation of AIEC was observed only in NOD2KO mice. Morover, NOD2KO mice treated with antibiotics were more colonized by opportunistic enterobacteria. No inflammation was observed in WT and NOD2KO mice treated with antibiotics and infected with AIEC. During DSS-induced colitis, colonization and persistence of AIEC was observed in the colon. Moreover, a dramatic increase in clinical, histological, and molecular parameters of colitis was observed in mice infected with AIEC but not with a commensal E. coli strain.Conclusion: Antibiotic treatment was necessary for AIEC colonization of the gut and mesenteric tissues and persistence of AIEC was dependent on NOD2. AIEC exacerbated a preexisting DSS-induced colitis in WT mice.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.