Sociologie d'une mobilisation partisane modernatrice : la refondation de l'UMP saisie "par le bas" (2004/2008)

par Anne-Sophie Petitfils

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Frédéric Sawicki.


  • Résumé

    Comment un parti de gouvernement, comme l’UMP, qui se revendique comme moderne, professionnalisé et désidéologisé, parvient-il à mobiliser à grande échelle ? Au croisement d’une sociologie des partis et des mobilisations politiques, cette thèse est dédiée à l’étude de la genèse et des effets de la campagne de recrutement menée par la direction sarkozyste de l’UMP de 2004 à 2008, qui a fait usage d’une rhétorique modernisatrice et de pratiques managériales. Elle montre que la « modernisation managériale », en tant qu’idéologie institutionnelle, a constitué un ressort essentiel de cette mobilisation. Ce résultat ne peut se comprendre indépendamment de la sociographie des « nouveaux adhérents », qui, comparés aux membres de formations fondatrices de l’UMP appartiennent davantage aux milieux entrepreneuriaux. L’engagement de ces nouveaux entrants à l’identité et aux attentes distinctes a suscité une résistance infrapolitique de la part des anciens et a eu des effets paradoxaux sur l’institution (conflictualisation des relations internes, réactivation des identités gaullistes et libérales et idéologisation des membres). Au niveau théorique, ce travail plaide pour l’usage d’une approche culturelle des institutions partisanes qui apparaît paradoxalement la plus à même de rendre compte des logiques qui conduisent certains partis de gouvernement à apparaître de plus en plus comme des entreprises rationnelles.

  • Titre traduit

    Sociology of a partisan “managerial modernization” : the UMP re-foundation in context (2004-2008).


  • Résumé

    How does a party of government, such as the UMP, which defines itself as modern, professionalized and without ideology, achieve to mobilize widely? At the intersection of a sociology of parties and political mobilization, this study is dedicated to the analysis of the genesis and the effects of the campaign of recruitment which was introduced by Sarkozy’s direction at the UMP from 2004 to 2008 and used a rhetoric of modernity and managerial tools. It shows that the “managerial modernization”, as an institutional ideology, was an essential condition for this mobilization. This result cannot be understood independently to a sociography of the “new” members, who, compared to the members of the former right parties, belong to entrepreneurial groups. The commitment of these new members, whose identity and expectation differ from the members of former parties, caused an infrapolitical resistance of these ones and had paradoxical effects on the institution (an increase of internal tensions, a reactivation of the gaullist and liberal identity and a renewal of member’s ideology). At a theoretical level, this study pleads for a cultural approach of partisan institutions which is paradoxically able to explain the logics that lead parties of government to appear as rational enterprises. Keywords: political parties, mobilization, UMP, commitment, activism, organizational modernization, management, ideology, culture, identity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (582 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 504-531

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque de Droit-Gestion.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 50 374-2012-15
  • Bibliothèque : Université de droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.