Entre protection et surveillance : parcours et logiques de mobilité de jeunes migrants isolés

par Émilie Duvivier

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Licia Valladares.


  • Résumé

    Cette thèse s’est attachée à mettre en évidence l’hétérogénéité des parcours dissimulés par la catégorie du « mineur étranger isolé », mais aussi la force des relations qui entourent l’élaboration des projets et les conditions de leur réalisation dans les sociétés de réception. En considérant la dimension processuelle de la migration depuis leur départ, puis en privilégiant une approche centrée sur leurs expériences à Lille et Bruxelles, l’étude souligne que le parcours des jeunes isolés s’élabore en articulation avec leurs relations sociales et familiales, et qu’il évolue selon les contraintes et/ou les occasions (économiques, politiques, institutionnelles, familiales) rencontrées en chemin dans les pays d’immigration et/ou de transit. Leurs récits mettent également en évidence la production d’apprentissages sur les routes migratoires et les « ficelles » qui se transmettent dans les différents territoires de circulation et/ou d’installation. Compétences linguistiques, capacité d’adaptation, de recherche d’informations, établissement de réseaux, sont autant d’apprentissages qui apparaissent au fil des histoires qui nous ont été présentées – des savoirs et savoirs-faire construits de manière informelle, avant leur départ et au fil des rencontres, mais aussi en relation avec les institutions du travail social. Qu’ils soient encadrés par les institutions de manière régulière ou non, ces jeunes migrants demeurent toutefois sous l’emprise de l’Etat, contraints d’organiser leur vie autour de la recherche de papiers, la crainte des procédures juridiques et la hantise de se voir refuser l’hospitalité nécessaire pour parvenir à réaliser leurs projets.

  • Titre traduit

    Between protection and surveillance : unaccompanied migrant minor's careers and logics of mobility


  • Résumé

    This PHD study bring to light heterogeneity of careers concealed by the category of "unaccompanied migrant minor", but also the strength of relationships wich put around their projects, before their departure and into reception societies. This study, realized in Lille and Brussels, show that young unaccompanied minor's career grows in connection with their social and family relations. It also evolves with constraints and/or opportunities (economical, political, institutional and family opportunities) met on the way in immigration or transit countries. Their stories bring also to light learning productions over migration roads, and "tips" transmitted in different circulation and/or installation territories. Language and adaptation abilities, information searches, network creations, are so many trainings that appear in the course of stories related; knowledge build in informal way, before their departure and through chance meetings, but also in connection with social work institutions. Whether they are supervised by institution in regular way or not, these young migrants remain however under the State influence and they are forced to organize their life around papers search, and fear of deportation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.