Suivre Dieu, servir le roi : la noblesse protestante bas-normande, de 1520 au lendemain de la Révocation de l'édit de Nantes

par Isabelle Le Touzé

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Laurent Bourquin.

Soutenue le 15-09-2012

à Le Mans , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers) , en partenariat avec Centre de recherches historiques de l'Ouest / CERHIO (laboratoire) .


  • Résumé

    Aux trois moments que constituent d’abord la décennie 1550, temps fort de la conversion nobiliaire au protestantisme, puis le temps des affrontements religieux de 1560 à 1598, et enfin celui de la fondation de l’absolutisme, à quelle fidélité le gentilhomme réformé doit-il consentir en ces temps d’incertitudes où désormais l’unité religieuse n’existe plus ? Obéit-il à une fidélité confessionnelle dictée par sa conscience ou à une exigence politique et relationnelle qui le lie naturellement, et à son seigneur, et à son roi ? Si le noble de foi réformée ne ressent pas au XVIe siècle de contradiction entre les deux sphères, celle du politique et celle du religieux : il n’a pas en effet le sentiment de se couper de son roi, en combattant dans les rangs de l’armée protestante, bien au contraire. Progressivement la distance se creuse vis-à-vis de ces seigneurs, et on perçoit alors l’extrême liberté des attaches politiques qui les lient au chef de parti. Mais la revendication d’une liberté irrépressible n’est rendue possible que par une stratégie mise en place de longue date par ces nobles protestants. Celle-ci repose d’abord et surtout sur une base solide et indéfectible, une nébuleuse d’amis et de parents. La proximité avec l’Angleterre et la Cour d’Elisabeth facilite également cette attitude distancée. Enfin, au XVIIe siècle, elle s’appuie aussi sur le véritable bouclier qu’a pu représenter l’édit de Nantes pour la noblesse ; ce dernier permet l’établissement d’un culte de fief et les protestants nobles chercheront à exploiter tous les ressorts juridiques du texte pour préserver leur foi intacte. Les alliances matrimoniales et l’action des femmes, filles ou épouses, serviront à la consolidation de la foi réformée. Alors que la répression, ciblée sur quelques individus, n’épargne pas le second ordre, certains nobles chercheront à trancher le dilemme soumission par la conversion ou désobéissance par l’exil, en dissociant les deux services, en refusant de choisir entre Dieu et le roi.

  • Titre traduit

    Worship God and serve the King : The Norman protestant Nobility, from 1520 to the abolition of the Edict of Nantes in 1685


  • Résumé

    The important steps of French nobility: At first, 1550: part of the French nobility chooses to Protestantism. Then, 1560 and 1598: the French Religious Civil Wars. Finally, it was the start of Absolute Monarchy. When the unity of the Faith no longer existed, the choice of the French nobility was either to be faithful to the King or to god. Therefore, there were a gap between the religious faith and the political loyalties to the King. At first, the French nobles kept trusting their King, but a certain misunderstanding started to develop and the nobles gradually chose freedom over their loyalty to the French King. England’s proximity and Elisabeth 1st’s Court help them keep their distance with the King. They could rely on too their friends and family and parents to keep their faith alive, and the Edict of Nantes re-established the French nobility’s civil and religious rights. However the persecution of the Protestant did already start. Therefore many French Protestants nobles chose exile. Otherwise they were banished by the French Kingdom. Some of them hid their real faith, refusing to have to choose between their God and their king.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Maine. Service commun de la documentation. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.