Décentralisation forestière et gouvernance locale des forêts au Cameroun : le cas des forêts communales et communautaires dans la région Est

par Charlotte Gisèle Kouna Eloundou

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Yamna Djellouli et de Moïse Tsayem-Demaze.

Soutenue le 06-12-2012

à Le Mans , en partenariat avec Espaces et sociétés (Le Mans) (laboratoire) .


  • Résumé

    Étudier la mise en œuvre de la décentralisation forestière au Cameroun est l’objet de cette recherche dont la question principale est de savoir si le transfert de la gestion des forêts aux communes et communautés villageoises conduit à de nouvelles formes de gouvernance concourant au développement socio-économique local et à la conservation des forêts dans la région Est. Les résultats de cette étude, basée sur une méthodologie pluridisciplinaire et utilisant la gouvernance comme cadre d’analyse, indiquent des relations complexes d’interdépendances inégales entre les communes et les communautés villageoises vis-à-vis des exploitants forestiers. Ils montrent également des rapports de dépendance de ces trois catégories d’acteurs vis-à-vis de l’État dont le pouvoir autoritaire reste fort et prégnant. Quant au développement socio-économique et à la conservation des forêts escomptés, les résultats obtenus sont en-deçà des espérances dans les communes de Gari Gombo et de Yokadouma. Certes l’on note quelques retombées socio-économiques pour les populations locales mais de nombreuses faiblesses limitantes pour une gouvernance efficace sont mises en lumière. Des perspectives pour une gouvernance efficace, au Cameroun en général et dans la zone d’étude en particulier, suggèrent l’organisation d’une action collective autour d’un objectif partagé, relatif au développement socio-économique et/ou à la conservation des forêts, entre les différents acteurs stratégiques pertinents. Il est également important que les bénéficiaires des forêts communales et communautaires en tirent des revenus suffisants pour réaliser des projets de développement local et assurer la régénération forestière.

  • Titre traduit

    Forest decentralization and local governance of forests in Cameroon : the case of council and community forests in the Eastern region


  • Résumé

    Study the implementation of forest decentralization in Cameroon is the subject of this research that the main issue is whether the transfer of forest management to councils and local communities led to new forms of governance contributing to the socio-economic local development and the conservation of forests in the Eastern region. The results of this study, based on multidisciplinary methodological approach and using governance as a framework for analysis, indicate unequal interdependence relationship between the councils and logging companies on the one hand and between village communities and loggers in the other. They also indicate the dependency of these three categories of actors toward state institutions whose authoritarian power remains strong and meaningful. With regard to the local development and the conservation of forests expected, the analysis shows results below expectations in the councils of Gari Gombo and Yokadouma. Although we note some socio-economic benefits for local people, but overall many weaknesses limiting for effective governance are highlighted. The prospects for the effectiveness of governance in Cameroon in general, and in the study area in particular, suggest an organisation of collective action around a shared goal, for the local development and the forest biodiversity conservation, between relevant strategic actors. In addition, it is also necessary that the council and community forests generate sufficient incomes to their beneficiaries, to achieve local development projects and to ensure forest regeneration.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.