Système territorial et développement : impact de la route Nouakchott-Nouadhibou sur le Parc National du Banc d'Arguin

par Khadijetou Seneh

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Benjamin Steck.

Soutenue en 2012

à Le Havre .


  • Résumé

    La question de la construction d’infrastructures de transport est souvent associée à celle des politiques de développement territorial, notamment dans les pays en voie de développement. Dans un pays comme la Mauritanie, vaste, désertique et peuplé majoritairement de nomades, le transport et la mobilité constituent un enjeu central pour la vie quotidienne. L’ouverture, en 2004, de la route Nouakchott-Nouadhibou, revêt une triple dimension géostratégique, politique et socioéconomique. Elle a des impacts à trois échelles : internationale, nationale et locale. La route contribue à structurer l'espace mauritanien en reliant les deux capitales politiques et économiques du pays. Elle s’inscrit dans le cadre du projet de grandes liaisons transafricaines, d’où son importance sur le plan de l’intégration régionale. A l’échelle locale cette route longe la frontière orientale du Parc National du Banc d’Arguin (PNBA). Les résultats de l’analyse empirique de cette thèse affirment que cette route a contribué à l’émergence de changements organisationnels axés sur l’accessibilité. D’une part, la route a généré une croissance des flux (pêcheurs, pasteurs, migrants sub-sahariens, touristes…) tout en accentuant un phénomène de sédentarisation aux périphéries du PNBA, difficile à maîtriser. D’autre part, elle a permis à la population locale une facilité d’accès aux services de base (santé, eau, écoles) et aux marchés. Cette nouvelle dynamique spatiale, dans un territoire conçu autour de la « conservation de la nature », est à la foi perçue comme source de dégradation de l'environnement et considérée comme vecteur de développement socioéconomique. Cette contradiction révèle la difficulté à dissocier l’impact environnemental « négatif » du transport, de son impact « positif » sur le développement socioéconomique. Elle témoigne aussi de la difficulté qu’il y a à maîtriser le « degré » d’ouverture et de fermeture de l’espace protégé. Dans cette recherche, l’espace est appréhendé dans une triple dimension sociale, idéelle et naturelle. Autrement dit, il s’agit d’explorer le champ des politiques publiques, celui des représentations et pratiques des différents acteurs ainsi que le champ physique qui constitue le support de ces actions.

  • Titre traduit

    Territoral system and development : impact of the Nouakchott-Nouadhibou road on the Banc d'Arguin National Park


  • Résumé

    The question of transport infrastructures construction is often associated to the issue of territory development policies, especially in developing countries. In a country as Mauritania, immense, arid and mainly inhabited by nomads, transport and mobility constitute a major issue for everyday life. The opening in 2004 of the Nouakchott-Nouadhibou road not only takes on geostrategic, political and socioeconomic dimensions, but also has impacts at three levels: international, national and local. Furthermore, the road gives structure to the Mauritanian space, linking up the two national economic and political capitals. The road lies within the framework of great trans-African road projects, reason of its importance in terms of regional integration. At the local scale, the road runs along the eastern border of the Banc d’Arguin National Park (PNBA). Our surveys’ findings show that this road has brought about organizational changes structured around the question of accessibility. On the one hand, the road has increased the movements of persons inside the protected area (fishermen, herders, sub-Saharan migrants, tourists, etc. ) and at the same time it has accentuated the sedentarization process at the PNBA peripheries, which remains difficult to manage. On the other hand, it has made easier for the local population the access to social services (health, water and education) and to markets. This new spatial dynamic, inside a territory normally dedicated to Nature conservation, is both considered as a source of environment damaging and as a way of socioeconomic development. This contradiction reveals the difficulty to dissociate the “negative” impact of transport on environment from the “positive” one on human living conditions. It also sheds new light on the difficulty to manage the degree of opening and closing of a protected area. In this research, space is apprehended in its social, mental and natural dimensions. In other words, the thesis explores the different fields of public policies, actors’ representations and practices, without forgetting the physical field which constitutes the support of actions.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Système territorial et développement : impact de la route Nouakchott-Nouadhibou sur le Parc National du Banc d'Arguin

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (313 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 263-278

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Havre. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 213
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.