Les travailleurs indiens sous contrat à La Réunion (1848 – 1948) : entre le retour programmé et le début des intégrations

par Jean-Régis Ramsamy

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Sudel Fuma.

Le président du jury était Prosper Ève.

Le jury était composé de Sudel Fuma, Prosper Ève, Yolande Govindama, Pierre Singaravélou.

Les rapporteurs étaient Yolande Govindama, Pierre Singaravélou.


  • Résumé

    Ce n'est pas la première fois qu'on aborde la question de l'immigration indienne « réunionnaise » ou l'engagisme. Au niveau de la thèse, précisément en histoire contemporaine, il s'agit du premier exercice à La Réunion. Nous savons beaucoup de choses sur l'engagisme, ses modes de fonctionnement, ses règles, les décrets. Pourtant il reste des zones d'ombre. Pourquoi les engagés indiens dans leur grande majorité, ont-ils souhaité rester dans la colonie à l'issue de leurs contrats ? La réponse est évidente : puisqu'ils avaient des conditions ici plus que raisonnables comparées à celles qu'on leur proposait en Inde. Mais à quelles conditions ? Il est de bon ton d'affirmer que l'engagisme n'était qu'une forme déguisée de l'esclavage. Sur le plan juridique nous sommes en présence de deux systèmes différents. L'un s'appuyait sur le concept de « bien meuble », développé très tôt chez Aristote (la domination totale) et les conséquences qui en découlaient. Dans l'autre configuration, celle de l'engagisme, un contrat de travail était élaboré entre les deux parties. Par le décret de 1889, les fils d'engagés, « anglais » deviendront français. Avant la Première Guerre mondiale, une polémique fut soulevée sur le point de savoir s'il fallait envoyer les fils d'Indiens sur le front. En réalité très peu d'entre eux ont participé à la Grande guerre. Etait-ce une illustration symbolique de la question de l'intégration ?

  • Titre traduit

    Indian workers under contract on Reunion island between their planned return and the beginning of their integration (1848-1948)


  • Résumé

    It is not the first time that the issue of Indian immigration to Reunion or “hiring” -that is to say “engagisme” in French - is dealt with. But it is the first time that a thesis in contemporary history is written about that topic. Many things are known about hiring: how it worked, its rules, its decrees. But other things are still ignored. Why did most Indian indentured laborers decide to stay in the colony at the end of their contracts? The answer is obvious since they had better working conditions on Reunion than in India. But what were these conditions like? It is often asserted that hiring was disguised slavery. From a juridical point of view they are two different systems. Slavery relied on the concept of « personal property », elaborated at an early stage by Aristotle (total domination) and the consequences that followed. Literally, the two systems cannot be compared, thanks to the 1889 decree the sons of “English” indentured laborers became French. Before WW1 a controversy flared up about whether or not Indians' sons should be sent to the front. In fact very few of them went to the war. Is that example symbolic of the issue of integration?


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de la Réunion (Saint-Denis). Service commun de la documentation. Droit-Lettres-Sciences humaines.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.