Rôle et pouvoir des éditorialistes dans la presse du milieu de l’ère Meiji (1884-1894) : Fukuzawa Yukichi, Kuga Katsunan, Tokutomi Sohô

par Frank Ackerer

Thèse de doctorat en Etudes japonaises. Histoire

Sous la direction de Emmanuel Lozerand.

Soutenue en 2012

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Dans le Japon du milieu des années 1880, la mise en place prochaine d’un régime parlementaire suscite de nombreux espoirs, notamment celui d’obtenir la révision des traités inégaux de 1858. Dans le foisonnement des débats, les éditorialistes de la presse d’opinion sont en première ligne. Cette thèse vise à évaluer précisément leur influence politique entre 1884 et 1894. La première partie du travail a consisté à caractériser l’argumentation de trois figures de la presse d’opinion. Une analyse des textes a mis en évidence la préférence de Fukuzawa pour les arguments pragmatiques et les métaphores, le goût de Kuga pour la polémique et les démonstrations rigoureuses et la tendance de Sohô à privilégier les arguments idéologiques. Quant à l’« opinion publique », fiction du droit constitutionnel légitimant la parole du journaliste chez Fukuzawa et Kuga, elle est pour Sohô celle d’un groupe non défini que le journaliste doit guider. A partir de ces conclusions, un éditorial-type a été défini pour chacun des trois éditorialistes. La deuxième partie de la thèse est consacrée à l’étude de trois crises diplomatiques survenues en 1886, 1889 et 1891. La confrontation des arguments de la presse d’opinion avec une chronologie fine de l’activité gouvernementale a montré que les éditorialistes imposent des changements de cap significatifs. Il convient donc de procéder à une réévaluation de leur influence. Dans le Japon du milieu de l’ère Meiji, le pouvoir est disputé, partagé, et la décision émerge souvent de débats triangulaires impliquant le gouvernement, les éditorialistes et l’ « opinion publique ».


  • Résumé

    In the middle of the Meiji era, the prospect of the forthcoming implementation of a parliamentary system arouses hopes for a swift revision of the 1858 unequal treaties. Public debates abound and editorial writers stand in the front line. This thesis aims at assessing their actual political influence between 1884 and 1894. The first section is dedicated to the analysis of three prominent editorial writers’ line of reasoning. An analysis of their writings has shown Fukazawa’s preference for pragmatic arguments and metaphors, Kuga’s taste for fierce debates and meticulous demonstrations and Soho’s predilection for ideological arguments. If “public opinion”, defined as a fiction of the constitutional law system, can help to reinforce a journalist’s position in the minds of Fukuzawa and Kuga, for Soho it is merely an undefined group that the journalist has to guide. Based on these conclusions, a typical editorial has been defined for each of the three writers. The second section concentrates on three diplomatic crises that occur in 1886, 1889 and 1891. Comparing the editorial press’ arguments with the daily evolution of the government activity has shown that editorial writers sometimes force the government to significantly change course. In the middle of the Meiji era, political power has various contenders, and the final decision often comes out as the result of triangular debates, in which the government, the editorial writers and the “public opinion” participate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(552 f., non paginé [ca 550] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f.536-548

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.