Avoir ou ne pas être : la constitution possessive de l'organisation

par Nicolas Bencherki

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Bruno Latour et de François Cooren.

Soutenue en 2012

à Paris, Institut d'études politiques en cotutelle avec l'Université de Montréal .


  • Résumé

    Comment une organisation peut-elle agir ? Est-elle un acteur en elle-même ou nécessite-elle que d’autres agissent pour elle ? Comment parler de son action sans présumer son existence ? Je voudrais proposer ici une approche proprement communicationnelle à la question de l’action organisationnelle. M’appuyant sur la narratologie de A. J. Greimas pour rendre apparentes certaines des idées centrales de la philosophie de l’individuation, je montre que l’organisation – et tout être social – agit en se faisant attribuer des actions. La philosophie de l’individuation permet une théorie de l’action organisationnelle dérivée de la manière dont se constituent les organisations, montrant que l’organisation participe elle-même à ces pratiques d’attribution. En tant qu’elle existe déjà « plus ou moins et d’une certaine manière », elle appelle des actions particulières. À travers l’imbrication de programmes d’actions dans une logique d’appropriation/attribution, l’organisation peut effectivement agir tout en comptant sur d’autres pour le faire. Ainsi, il n’y a pas d’opposition entre affirmer que l’organisation agit et que d’autres agissent pour elle. En observant quatre terrains distincts, j’ancre empiriquement cette proposition. Ces terrains sont une association de locataires, un projet de réforme d’un grand établissement d’enseignement, quelques événements dans la vie d’un gestionnaire de gratte-ciel de New York et une réunion entre des représentants de Médecins sans frontières et des administrateurs de santé congolais. Compte tenu de la nature théorique de ma proposition, cette variété de terrains permet de montrer l’utilité de ces idées à l’étude d’une diversité de situations.

  • Titre traduit

    To have or not to be : the possessive constitution of organization


  • Résumé

    How can an organization act? Is it an actor in itself or does it need others to act on its behalf? How is it possible to address these questions without presupposing the organization? I would like to put forward a communicational approach to organizational action. Borrowing from A. J. Greimas’ narratology and from individuation philosophy, I show that the organization – and any ‘social’ being – acts by being attributed actions. Individuation philosophy allows a theory of organizational action derived from the way organizations are constituted. Thus, organizations themselves also play a part in attribution practices, for inasmuch as they exist “more or less and in a certain way”, they call for further actions. Through the imbrication of mandates and of programs of actions, in a logic of appropriation/attribution, the organization can act by always relying on others to do so. There is no need to invoke an essentialist ontology of organization to state that it acts by itself, for there is no opposition between stating that the organization acts and that others act for it. I provide my theoretical discussion with a firm empirical grounding through the study of four different fields. I analyse audio and video recordings from a tenants association, the reform project of a French higher education institution, events from the daily work of a New York skyscraper manager and a meeting between Doctors without border representatives and Congolese health administrators. Given the theoretical nature of my proposal, this variety of empirical data allows me to show the usefulness of those ideas to the study of a large array of situations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (IV-245-XXXI p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. XXIII-XXXI

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.