The economics of entrepreneurship : an information cost approach to international venture creation

par Robert C. Sheldon

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michael Storper.

Soutenue en 2012

à Paris, Institut d'études politiques .

  • Titre traduit

    L'économie de l'entrepreneuriat : approche concernant les coûts d'information à la création de modes de gouvernance internationaux


  • Résumé

    La visée empirique de cette étude porte sur la façon dont les décisions se prennent dans le cadre de la création d'entreprise internationale, en particulier sur la décision de faire ou faire faire ex nihilo qui intervient lors du choix initial, ou le mode d'entrée adopté par les créateurs d’entreprise pour entreprendre une nouvelle activité. L’étude montre qu’ils utilisent une ou plusieurs des six méthodes d'acquisition de l'information dont une recherche d’information, en soi très limitée, conforme aux modèles économiques courants. Parmi ces méthodes également, celles non prospectives telles que les réseaux, les sollicitations, les marchés provisoires et les témoignages. La proposition d’une théorie sur la décision de faire ou faire faire ex nihilo rend compte de l’utilisation de diverses méthodes selon le degré d'incertitude dans un contexte décisionnel donné ; elle démontre qu’un degré élevé d’incertitude majore les coûts d'acquisition d'information par le biais de méthodes prospectives, si bien qu'un changement préférentiel se produit. Là où le résultat serait choisi en fonction de sa relative efficacité ex post, il l’est en fait pour son degré d’opportunité ex ante, ou pour la disponibilité de l'information à faible coût. On montre que cette volonté d’économiser sur les coûts d'information place le processus de décision de faire ou faire faire ex nihilo dans des conditions d'extrême incertitude. Les implications ex post liées au choix de résultats pour des raisons autres que leur relative efficacité sont également explorées.


  • Résumé

    The empirical focus of this work is on how decisions are made in the context of international venture creation. It focuses on the ex nihilo make or buy decision, which occurs when individuals choose the initial form, or entry mode, which will be used to undertake a new business activity. It finds that they tend to use one or more of six information acquisition methods. These include search and very limited search, which are in keeping with mainstream economic models. They also include non forward-looking methods such as networks, solicitations, provisional markets and stories. A theory of the ex nihilo make or buy decision is proposed that explains the use of various methods by the degree of uncertainty in a given decision context. It holds that elevated uncertainty increases the costs of information acquisition via forward-looking methods such that a preferential shift occurs. Where an outcome would be selected according to its relative ex post efficiency, it is instead selected for its ex ante expediency, or the degree to which information about it is readily available and hence low-cost. It is maintained that this desire for information cost economies drives the ex nihilo make or buy decision process under conditions of extreme uncertainty. The ex post ramifications of selecting outcomes for reasons other than their relative efficiency are also explored.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (309 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 294-307

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Institut d'Administration des Entreprises. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 658 THE SHEL
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.