La transmission linguistique intergénérationnelle au Gabon : étude de cas auprès de 12 familles gabonaises

par Ted Marcus Gabin Ondo Mendame Ondo Ndong

Thèse de doctorat en Sciences du langage, sociolinguistique et didactique des langues

Sous la direction de Marinette Matthey.

Le président du jury était Jacqueline Billiez.

Le jury était composé de Marinette Matthey.

Les rapporteurs étaient Pither Medjo Mve, Henri Boyer.


  • Résumé

    Ce travail est le résultat d'une recherche menées auprès de trois générations de douze familles gabonaises. Il s'appuie sur des entretiens compréhensifs et l'analyse privilégie le tissu discursif des représentations. L'analyse thématique et la triangulation sont les deux outils qui nous ont permis de constituer nos données. Le premier favorise une approche individuelle et transversale des données. Le second accroit la compréhension en exploitant la multiplicité des points de vue sur les thèmes abordés. Si les résultats confortent l'idée d'une érosion des pratiques linguistiques en langue ethnique d'une génération à l'autre (de G1 à G2, puis de G2 à G3), il n'en demeure pas moins que ces langues exercent une influence prégnante sur les positionnements identitaires, lorsque celles-ci sont en rapport avec le groupe ethnique. Les résultats permettent de conclure à un désir visible pour les informateurs d'être reconnus par leur groupe, reconnaissance que n'assure pas (toujours) la filiation biologique. Cependant, la proposition d'un apprentissage formel des langues ethniques ne fait pas l'unanimité dans la mesure où le cercle familial représente encore le cadre légitime de transmission linguistique pour ces langues. Les pratiques linguistiques familiales et le mouvement pendulaire, ville-village, apparaissent, pour le moment, comme des facteurs appropriés et suffisants pour assurer la transmission et la sauvegarde des langues ethniques.

  • Titre traduit

    The intergenerational linguistic transmission in the Gabon : qualitative study with 12 gabonese families


  • Résumé

    This research is focused on three generations of twelve Gabonese families. It is based on comprehensive interviews and the analysis privileges the discursive aspect of representations. Our datas are based on a thematic analysis and on triangulation. The former allows an individual and transversal approach of the data. The latter exploit the multiplicity of different points of view on tackled issues. If the results confirm the idea of an erosion of the linguistic practices in ethnic language from a generation to the other one (from G1 to G2, then from G2 to G3), the fact remains that these languages have a strong influence on identity positions, when they are linked with the ethnic group. The results allow to conclude that there is a high desire for the informators to be recognized by their ethnic group, recognition from others which is not assured only by the biological filiation. However, the formal learning of the ethnic languages does not make the unanimity as far as the family circle still represents the right frame for ethnic linguistic transmission. The family linguistic practices and the pendulum movement between the cities and the villages appear for now as appropriate and sufficient factors to insure the transmission and the protection of the ethnic languages.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.