La chambre de la "mère morte : Etude sur la solitude et la mort

par Seong-Woong Cho

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Marie-Rose Corredor.

Soutenue le 03-02-2012

à Grenoble , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble) , en partenariat avec Traverses 19-21 (Grenoble) (équipe de recherche) et de Équipe de recherches sur l'histoire- les théories et la didactique de la littérature et des arts du spectacle des 19e- 20e et 21e siècles / Traverses 19-21 (laboratoire) .

Le président du jury était Béatrice Didier.

Le jury était composé de Marie-Rose Corredor, Catherine Mariette-Clot.

Les rapporteurs étaient Martine Reid.


  • Résumé

    L'initiation d'Henri Beyle à la solitude et à la mort se passe essentiellement dans la chambre de la « mère morte, » dans une intimité à la tonalité érotique. La présente étude a le projet d’analyser l'univers de la représentation inconsciente de Stendhal à partir d'un thème unique : celui de la chambre de la « mère morte », remplie du sentiment de la solitude et de la mort. La spécificité de son expérience de la chambre poursuit Henri Beyle la vie durant, et se reflète dans son univers romanesque. Les images poétiques, résultant des situations symboliques de la chambre, de la solitude et de la mort, sont nombreuses et expriment un processus inconscient de l'écriture stendhalienne. Que l'on fasse de la mort un accomplissement de la solitude, de la solitude une approche de la mort, la mort est envisagée par Stendhal comme un retour. La chambre est à la fois le point de départ et le point d'arrivée. Dans le monde imaginaire recherché par les héros stendhaliens se trouve toujours la chambre de la « mère morte ». L'art devient un moyen de surmonter le complexe de la mort. C'est dans l'écriture romanesque qu'Henri Beyle retrouve la place vide de sa mère et une chambre à soi.

  • Titre traduit

    Stendhal and the dead mother’s room : a study on solitude and death


  • Résumé

    A seven-year-old child, not yet mature enough to comprehend the meaning of death, cannot mourn the loss of his mother, is cruelly punished by his aunt. That boy is Stendhal. Henri Beyle's realization of the images of solitude and death is mainly portrayed in his dead mother's bedroom, which has an erotic and incestuous atmosphere. This study explains the universe of Stendhal's unconscious representation, beginning with this unique theme: his dead mother's room which is filled with the feeling of solitude and death. The specific experience of the room continues to obsess Henri Beyle throughout his life, and his literary works are impelled by the memories or the images of his mother. The poetic images, resulting from the symbolic situation of the room, and obviously solitude and death, are numerous, and express an unconscious process of Stendhal's writing. Whether we consider death as a circumambulation around the theme of solitude, or whether we consider death as what lies inside solitude, death is regarded by Stendhal as a way to get back to his mother. His dead mother's room is both the starting and the ending point. At the heart of the imaginary work sought by Stendhal's protagonists, mother's room is easily found. Art then becomes a way to overcome the obsession with death. It's in the romantic writing that Stendhal found the empty space left by his mother, and his own room. This is the originality of Stendhal's piece.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.