L'économie politique du système d'immigration américain : une analyse des échecs des réformes de la politique d'immigration des Etats-Unis, 1994-2010.

par Simon Guidecoq

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Rocca.

Soutenue le 20-01-2012

à Grenoble , dans le cadre de École doctorale sciences économiques (Grenoble) , en partenariat avec Centre de recherche en économie de Grenoble (équipe de recherche) .

Le président du jury était Catherine Wihtol de Wenden.

Le jury était composé de David Koudour-Casteras.

Les rapporteurs étaient Thierry Kirat, El Mouhoub Mouhoud.


  • Résumé

    Cette thèse propose une analyse de l'incapacité du gouvernement des Etats-Unis à modifier en profondeur sa politique d'immigration. Elle montre que son principal facteur explicatif est institutionnel : la résilience du régime d'immigration, entendu comme mode de régulation de l'admission d'immigrants, s'explique par sa capacité à s'appuyer sur une structuration de l'économie politique de l'immigration favorable au blocage des réformes. Pour démontrer cette proposition, notre étude est donc articulée en deux blocs : les facteurs engendrant une crise du régime, et ceux permettant son statu quo. Dans un premier temps, les facteurs structurels et conjoncturels de la crise du régime sont étudiés. Une analyse empirique de la régulation de l'immigration met en évidence ses deux dysfonctionnements structurels : d'une part un déséquilibre croissant entre le nombre de candidats à l'immigration et l'offre de visas et, d'autre part, la formation d'un stock de résidents en situation irrégulière. Néanmoins, l'analyse des représentations de la population américaine concernant cette régulation démontre que la volonté de réformer les conditions d'admission de l'immigration relève aussi de facteurs subjectifs. Une conjoncture économique dégradée intensifie la perception d'une crise du régime, et la préférence pour sa fermeture. Dans un second temps, les facteurs explicatifs de l'absence de fermeture du régime sont analysés. La validité de deux hypothèses explicatives de sa résilience est démontrée par une analyse des épisodes de réforme de 1994 à 2010. En premier lieu, la mise en œuvre politique d'une réforme donne la primauté aux préférences des groupes d'intérêts organisés (communautés immigrées, employeurs, syndicats, nativistes) par rapport à celles de l'opinion publique. En second lieu, les préférences antagonistes de ces groupes d'intérêts les rendent incapables de coopérer : malgré sa non-optimalité, le régime d'immigration correspond donc à une issue stable des négociations législatives, car il limite les pertes de l'ensemble des acteurs en présence.

  • Titre traduit

    The Political Economy of Immigration in America : an analysis of immigration reforms' failures in the United States, 1994-2010


  • Résumé

    This PhD dissertation deals with the inability of the United States government to adopt an overhaul of its immigration policy. We show that the main factor accounting for this situation is institutional: the structure of the political economy of immigration explains why reforms attempts fail, and therefore helps to stabilize the regulation of immigrant admissions in the United States. To demonstrate this proposal, we firstly review the roots of the immigration crisis and then analyze why it is not overcome. The immigration crisis in the United States is produced by a set of trends. Some of them are structural. As a fact, the immigration system in the United States is deeply dysfunctional for two reasons. It is firstly very inefficient at properly organizing legal immigration by balancing an increasing demand for immigration visas with an offer bound through quotas. It is secondly unable to dissuade the settlement of a growing undocumented immigrant population. Still, the perception of this immigration crisis and the demand for reform are linked to cyclical factors. Nativist demands for a tightening of immigration legislation are notably greater during times of economic recession. We then explain the absence of immigration restriction in the United States through the demonstration of two complementary factors. Firstly, the political process through which immigration reform is defined give more influence to organized interest groups (such as immigrant communities, employers, unions and nativists) than to public opinion. Secondly, these groups are unable to cooperate for an immigration reform compromise, due to their competing preferences. In another words, the current statu quo prevailing in immigration reform may be suboptimal in terms of regulation of immigrant admissions. It is nevertheless stable, because it allows losses which would inevitably result from a successful immigration reform.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. Documentation électronique.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Documentation électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.