Nature humaine et anarchie : la pensée de Pierre Kropotkine

par Renaud Garcia

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Michel Senellart.

Le président du jury était Stéphane Haber.

Le jury était composé de Michel Senellart, Stéphane Haber, Jacques Michel, Jean-Christophe Angaut, Daniel Colson, Sylvie Martin.

Les rapporteurs étaient Stéphane Haber, Jacques Michel.


  • Résumé

    L'ambition qui préside à l'élaboration de ce travail est double : d'abord confronter une lecture précise de Kropotkine (1842-1921) à ce qu'en dit le post-anarchisme, lequel se fait fort de renouveler la compréhension de l'anarchisme à l'aide des outils légués par les auteurs post-modernes français ; ensuite reprendre le dossier de l'antinaturalisme dans la critique sociale. Nous soutenons dans cette thèse que loin de manifester une impasse pour tout discours qui voudrait dessiner les voies d'un changement radical de société, la notion de «  nature humaine  » telle que l'emploie Kropotkine offre de nombreux outils pour œuvrer dans cette direction. À la fois géographe et évolutionniste, Kropotkine ouvre la nature humaine en direction de la nature globale, et plus précisément du legs coopératif de l'évolution des espèces, à l'inverse de toute crispation essentialiste. C'est sur ce legs sans cesse retravaillé en fonction des contextes dans lesquels l'humain est conduit à vivre qu'il convient de s'appuyer pour contrer les effets de réductionnismes ruineux tels que le darwinisme social ou la sociobiologie. Conformément à la dimension fondationnaliste de la pensée de Kropotkine, la thèse s'organise de manière systématique autour de la notion de «  nature humaine  ». Après avoir posé les bases scientifiques de l'anarchie (I) nous travaillons les thèmes darwiniens de l'œuvre kropotkinienne (II). Le socle théorique est alors consistant afin d'établir des conséquences pratiques, du côté de la politique, de l'économie et de l'urbanisme (III). À l'intérieur du contexte ainsi défini, c'est aux réalisations supérieures de la morale et de l'art que nous finissons par nous intéresser (IV).

  • Titre traduit

    Human nature and anarchy in Peter Kropotkin's thought


  • Résumé

    This work deals with two main issues  : first, it focuses on the way post-anarchism, which claims renewing the understanding of anarchism through the use of french post-modernists' concepts, depicts P. Kropotkin's thought  ; second, it addresses the anti-naturalistic trend within the frame of social criticism. We argue that far from standing as a hindrance to supporting radical social change, Kropotkin's view of human nature yields many tools in order to fuel such a change. Both a geographer and an evolutionist, Kropotkin includes human nature within the overall frame of nature itself, specifically within the evolution of species' cooperative legacy. This legacy has been continuously shaped within the different living contexts built by human being throughout his history. So there's nothing static about human nature, and the ever-evolving cooperative legacy provides tools to criticize reductionist ways of thinking such as social darwinism or sociobiology. According to Kropotkin's foundationalist bias, the thesis is systematically organized around the notion of «  human nature  ». First, we lay the scientific basis of anarchy (Part I), then we focus on darwinian themes (Part II). Once firmly grounded, Kropotkin's thought unfolds more accurately its practical consequences, addressing politics, economy and city planning (Part III). These three domains give shape to the contexts within which ethics and art should bring out the best in human nature (Part IV).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot . Bibliothèque électronique (Lyon).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.