La N. R. F. : une politique de la littérature ? : un exemple de renouvellement des élites intellectuelles, 1908-1968

par Laurent Gayard

Thèse de doctorat en Études politiques

Sous la direction de Philippe Raynaud.

Soutenue en 2012

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Ce travail de recherche au croisement de l'histoire, des sciences politiques et de la littérature a pour objectif de montrer de quelle manière la NRF peut être considée comme une institution et un lieu de renouvellement des élites si l'on considère son évolution sur un temps long, de 1908 à 1968. À travers de l'histoire de la revue au cours de soixante ans, cette thèse met à l'épreuve la validité des concepts de génération, de milieu et de sociabilités intellectuelles en montrant de quelle manière la première génération des fondateurs, dans un contexte marqué par le recul du fait religieux et l'avènement de la modernité issue des bouleversements des XVIIIe et XIXe , élabore une nouvelle conception romanesque fondée à la fois sur un classicisme renouvelée et sur la volonté de promovoir l'introspection psychologique à travers le renouveau romanesque. L'étude cherche à montrer ensuite de quelle manière la NRF, à travers les soubresauts et les tragédies du XXe siècle, intègre de nouvelles générations d'auteurs, tout en s'opposant parfois violemment à elles. À travers ces oppositions, nous percevons notamment l'envahissement de plus en plus marqué du champ littéraire par la politique et l'idéologie. Le projet des créateurs de la NRF de promouvoir une littérature dégagée des considérations politiques et partisanes se trouve lui-même de plus en plus sérieusement remis en question au cours de l'entre-deux guerres jusqu'à être nié sous la direction de Pierre Drieu la Rochelle au cours de l'occupation. La NNRF qui renaît en 1953 choisit de revenir au classicisme esthétisant des débuts sans toutefois retrouver la place qu'elle occupait avant la guerre.

  • Titre traduit

    The NRF : policy of the literature ? : an exemple of the renewal of the elite, 1908-1968


  • Résumé

    This research at the crossroads of history, political science and litterature aims to show how the NRF can be regarded as an institution and a place of renewal of elites if we consider its evolution on a long time, from 1908 until 1968. Throughout the history of the magazine over sixty years, this thesis is testing the validity of the concepts of generation, background and intellectual sociability by showing how the first generation of the founders, in a context characterized by the decline of religion practice and the advent of modernity after the upheavals of the eighteenth and nineteenth century, developed a new design novel based both on a renewed classicism and on the desire to promote the psychological introspection through the novel revival. The study then seeks to show how the NRF, through the upheavals and tragedies of the twentieth century, integrates new generations of authors while sometimes violently opposing them. Through these oppositions, we perceive more and more the invasion of the literary field by politics and ideology. The will of the creators of the NRF to promote litterature freed from political and partisan considerations is itself more seriously challenged during the interwar period to be denied under the direction of Pierre Drieu La Rochelle during the occupation. The NNRF reborn in 1953 chose to return to classicism aesthetic early but never got back the place it occupied before the war.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (766 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.719-747. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2012-111

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 12/EHES/0111
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.