Collines des mille souvenirs : vivre après et avec le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda

par Andrea Grieder

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Willemijn de Jong et de Michel Wieviorka.

Soutenue en 2012

à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université de Zürich .


  • Résumé

    Cette thèse traite de la souffrance qui résulte des violences extrêmes commises lors du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Elle explore aussi les chemins de son dépassement, les manières de faire face à un passé traumatique. Suivant une approche phénoménologique, cette thématique est abordée à travers des portraits de rescapés. Une première partie du travail cherche à écrire l’« histoire » de la colline de Nyamagumba à partir des récits et des témoignages des rescapés, des entretiens menés avec des génocidaires, d’une analyse des discours officiels et des enjeux qui transparaissent dans les cérémonies de commémoration et les séances des juridictions gacaca. Une deuxième partie est consacrée aux jeunes, étudiants et rescapés du génocide, à la manière dont ils vivent avec un passé traumatique et se projettent dans l’avenir. Les portraits des jeunes sont discutés au regard des processus de reconstruction collective, notamment des cérémonies de commémoration. Visant à penser la souffrance et son dépassement, ce travail met en lumière les formes et les contenus de la mise en parole des expériences traumatiques du génocide. La parole est prise comme moyen de transformation du soi et du rapport à l’autre. Elle est le fil rouge de mes réflexions. En considérant successivement les métaphores du silence et de la souffrance, la parole énoncée en vue de la justice, la réconciliation dans la collectivité et l’émergence d’une « histoire partagée » qui doit permettre de retisser des liens sociaux marqués par le génocide, cette thèse s’achemine vers une réflexion sur la signification de la poésie en tant que forme de guérison.

  • Titre traduit

    Hills of thousand memories : living with the genocide perpetrated against the Tutsi of Rwanda


  • Résumé

    This thesis deals with the extreme violence suffered by the Tutsi people of Rwanda during the genocide of 1994. I also explore the means which have been used to confront and overcome this traumatic past. Using a phenomenological approach, the theme is introduced by means of the portraits of survivors. A first part of the work attempts to to write the 'history' of the hill of Nyamagumba based on the stories and eye-witness accounts of survivors, interviews with some of those who carried out the genocide, analysis of official speeches and also of what is really at stake during commemoration ceremonies and the gacaca judicial sessions. A second part focuses on the young – students and survivors of the genocide – on how they live with the traumatic past and the way in which they see their future. These portraits of the young are discussed in the context of a collective reconstruction, especially with regard to the ceremonies of commemoration. With the aim of meditating on suffering and the ways in which it can be overcome, this present work brings to light both the form and the content of how the traumatic experiences of genocide may be put into the words. Words are seen as a means of transformation of the self and one's relationship with others. The power of the word is the main thread of all my reflections on the subject. In considering, one after the other, metaphors of silence and of suffering and the words pronounced in the cause of justice, collective reconciliation and the emergence of a 'shared history' which seeks to restore the social fabric so affected by the genocide, this thesis works towards a reflection on the significance of poetry as a form of healing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (257 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.237-253

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2012-61
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.