Emergence et consolidation d'un parti nationaliste progressiste en Espagne : le cas de Chunta Aragonesista en Aragon (de 1986 à nos jours)

par Michel Martínez (Martinez)

Thèse de doctorat en Espagnol

Sous la direction de Anne Charlon.

Le président du jury était Eliseo Trenc.

Le jury était composé de Vicente Pinilla.

Les rapporteurs étaient Eliseo Trenc, Pere Gabriel.


  • Résumé

    Les recherches qui ont abouti à cette thèse de doctorat s’inscrivent dans la thématique des nationalismes ibériques contemporains qui ont animé (et animent toujours) les questions territoriales et nationales de l’Espagne. L’Aragon, souvent absent de ce débat, est pourtant un territoire charnière entre la France, la Catalogne, le Pays valencien, la Castille et le bloc basco-navarrais. D’un point de vue géopolitique, l’Aragon apparaît donc en territoire « tampon » entre l’Espagne centrale (exclusivement castillane, hispanophone et nationalement espagnole) et l’Espagne périphérique (bilingue et dont la conscience nationale est plus complexe). Du fait de ces spécificités, l’Aragon ne connaît pas le bipartisme PSOE/PP propre aux régions de l’intérieur de l’Espagne. Pour gouverner l’Aragon et ses communes, ces deux partis espagnols doivent s’allier à des forces aragonaises (une de centre-droit et une de centre-gauche). Chunta Aragonesista (CHA), créée en 1986 est ce parti aragonésiste de gauche ; il se dit « nationaliste ». Le « nationalisme aragonais » de CHA trouve sa légitimité dans l’existence d’une « nation aragonaise » justifiée par l’Histoire médiévale du Royaume d’Aragon et ses institutions politiques et juridiques. CHA défend ainsi « l’autodétermination de la nation aragonaise » au sein d’un État espagnol fédéral. Son membre le plus célèbre, a sans doute été José Antonio Labordeta, disparu en septembre 2010, qui a été député au Congreso de los Diputados de Madrid pendant deux législatures (2000-2004 et 2004-2008).

  • Titre traduit

    Appearance and consolidation of a nationalist and progressive party in Spain‎ : the case of Chunta Aragonesista in Aragon (from 1986 to 2012)


  • Résumé

    The research presented in this thesis deals with the study of the contemporary Iberian nationalism which has influenced the territorial and national questions of Spain. Aragon, despite being a crossroad territory between France, Catalonia, Valencia, Castile and the Basque-Navarrese region, is often missing from this discussion. From a geopolitical point of view, Aragon appears to be like a “buffer” territory between central Spain and its borders. Moreover, due to these characteristics, Aragon has no two-party system PSOE/PP as is the case in Spain’s interior regions, but it also doesn’t have the hegemonic role of a NSWP (Non State-wide Parties), which defends a non-Spanish nationalism. What we do find in Aragon are two NSWPs with which the two big Spanish SWPs (State-wide Parties) have to form an alliance with, in order to govern in the big cities and at the Autonomous Parliament. The main focus of this thesis is on the Chunta Aragonesista (CHA), the Aragonese left-wing political Party which was created in 1986. Its political tradition, its ideology, its position in comparison to other NSWPs will be studied along with the circumstances that have made it possible for them to obtain a deputy at the Spanish Parliament in 2000 and to become the third major political force of Aragon from 2003 to 2007. Then, the possible causes of the Chunta Aragonesista’s electoral failure since 2007 will be analyzed. Finally, this paper will examine the role that Aragon (and the Chunta Aragonesista) could play by putting forward a new configuration of the Spanish state on the basis of a federal republic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.