Essai d'analyse structuraliste du décor des palais assyriens et considérations diachroniques sur la représentation de la royauté au Proche-Orient ancien au premier millénaire av. J.-C.

par Guillaume Sence

Thèse de doctorat en Doctorat Histoire de l’art et archéologie

Sous la direction de Catherine Breniquet.

Le président du jury était Béatrice Muller.

Le jury était composé de Dominique Jarrassé, Luc Bachelot, Pierre Villard.

Les rapporteurs étaient Béatrice Muller, Dominique Jarrassé.


  • Résumé

    Ce travail présente une nouvelle analyse des bas-reliefs des palais néoassyriens du premier millénaire av. J.-C. Elle combine une analyse spatiale, basée sur la restitution à l’aide de l’imagerie 3D des palais d’Assurnazirpal II et Sargon II, qui permet la remise en situation des images dans l’architecture, et une analyse sémiologique.L’analyse de la structure de ces images, couplée à une étude sémantique des textes des palais qui leurs sont associés permet de montrer que les décors, ainsi que les textes, forment des portraits de rois, dont la synthèse se trouve dans la salle du trône, centre du palais et du royaume, les thèmes des images présents dans les autres salles étant concentrés dans celle-ci.Mais les portraits ainsi mis en évidence sont partagés entre un portrait de la royauté, traditionnel et stéréotypé, et le portrait du roi. Ils se situent également entre deux conceptions du temps, le premier circulaire, manifesté par les images faisant le tour des salles, ainsi que par l’inscription des Fastes chez Sargon II racontant les campagnes militaires du roi selon un découpage géographique, et un temps linéaire, manifesté par les textes des Annales.Le portrait du roi se ferait ainsi dans ce temps linéaire, et le portrait de la royauté dans le temps cyclique, les événements s’y reproduisant, sources de traditions, comme la forme des salles du trône, les thèmes utilisés et les conventions employées dans la représentation. Le portrait du roi se manifestant dans le choix de tel ou tel thème au détriment des autres, comme les scènes rituelles sous Assurnazirpal II, qui laissent la place à la chasse au lion sous Assurbanipal, concrétisant un éloignement du rituel dans les images entamé sous Sargon II.


  • Résumé

    This work presents a new analysis of low reliefs of neo-Assyrian palaces from the first millennium B.C. It combines a spatial analysis, based on 3D restitutions of Assurnazirpal II and Sargon II palaces, which permits to replace images in the architecture, and a semiological analysis.Structural analysis of images associated with a semantic study of texts present in palaces too, permits to demonstrate that the decoration and texts make portraits of kings. Throne rooms are synthesis of these portraits, as centre of the palace and kingdom, themes of images in other rooms being concentrated in this one.But these portraits are divided between a portrait of royalty, traditional and stereotyped, and the portrait of the king. They are so between two conceptions of time. One circular, shows by images going round rooms, and by the Display Inscription from the palace of Sargon II which tells of king’s military campaigns according to a geographical cutting. The other time is linear, as showed in annals of kings.The portrait of the king would take place in this linear time, and the portrait of kingship in the cyclical one, events to recur in, sources of traditions, like the throne room plans, themes used and conventions employed in representations. The portrait of the king isapparent in themes chosen among the others. So, ritual scenes with Assurnazirpal II left place to hunt scenes with Assurbanipal, who concretizes a distance with ritual images started under Sargon II.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?