Migrant remittances, foreign aid and development of recipient countries

par Maëlan Le Goff

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Patrick Guillaumont.

Le président du jury était Samuel Guérineau.

Le jury était composé de Mathilde Maurel, Jaime de Melo, Frédéric Docquier.

Les rapporteurs étaient Mathilde Maurel, Jaime de Melo.

  • Titre traduit

    Envois de fonds des migrants, aide publique et développement des pays récipiendaires


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat étudie les effets des envois de fonds issus des migrations sur le développement des pays d’origine des migrants et compare ces effets avec ceux de l’aide publique au développement. Dans une première partie, nous étudions les effets des envois de fonds des migrants sur le développement des pays récipiendaires. Il apparaît que les envois de fonds réduisent les inégalités intra-Pays dans les pays relativement plus riches, dont les coûts d’émigration sont faibles et dont la part des émigrés qualifiés est peu importante (Chapitre 1). L’effet sur la croissance économique en Afrique sub-Saharienne est également non-Linéaire et dépend positivement du développement financier et institutionnel des pays récipiendaires (Chapitre 2). Enfin, les envois de fonds ont un effet d’appréciation sur le taux de change réel dans les pays CFA, mais cet effet est non significatif pour les pays à régime de change flexible (Chapitre 3). Dans une seconde partie nous nous intéressons au caractère stabilisateur des transferts des migrants. Le Chapitre 4 montre, au niveau microéconomique, que les envois de fonds ont joué un rôle d’assurance lors de la dernière crise financière et que ce rôle a été d’autant plus important que les migrants n’ont pas été sévèrement touchés par la crise et que les liens conservés avec le pays d’origine étaient forts. Le Chapitre 5 montre à partir d’une approche pays par pays que les transferts sont contra-Cycliques dans une minorité de cas, mais qu’en moyenne, ils répondent négativement au revenu des pays d’origine. Les résultats du Chapitre 6 indiquent que les transferts atténuent l’effet négatif des chocs commerciaux sur la pauvreté. Dans une troisième et dernière partie nous comparons les envois de fonds { l’aide publique au développement. Alors que l’aide permet d’atténuer l’effet négatif de l’instabilité des exportations sur la croissance, les transferts des migrants permettent d’amoindrir l’effet négatif de l’instabilité des exportations sur la pauvreté (Chapitre 7). Enfin, les envois de fonds diminuent la dépendance des pays { l’aide publique au développement lorsque ces flux de capitaux sont investis plutôt que consommés (Chapitre 8).


  • Résumé

    This dissertation examines the effects of migrant remittances on the development of origin countries and compares these effects with those of official development aid. In a first part we investigate the effects of remittances on the development of recipient countries. Results suggest that remittances reduce within inequality in countries more developed, where migration cost are lower and the share of skilled migrants less important (Chapter 1). Their impact on growth in sub-Saharan Africa is also non-Linear and depends positively on the financial and institutional development of recipient economies (Chapter 2). Finally, remittances have a real exchange appreciation effect in CFA countries, but not in countries with a flexible exchange rate regime (Chapter 3). In a second part we focus on the stabilizing impact of remittances. Chapter 4 shows, at the microeconomic level, that remittances have played an insurance role during the last financial crisis and that this role was all the more acute that migrants have not strongly suffered from the crisis and that family links were strong. Chapter 5 suggests in a country-By-Country approach that remittances are pro-Cyclical in a higher number of cases, while on average, they respond negatively to the home country income. Chapter 6 findings show that remittances dampen the harmful impact of trade instability on poverty. In a third part, we compare migrant remittances with public aid. While public aid mitigates the harmful impact of export instability on output growth, migrant remittances dampen the harmful effect of export instability on poverty (Chapter 7). Finally, migrant remittances reduce aid dependency in countries where remittances are invested rather than consumed (Chapter 8).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Clermont-Ferrand).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.