Gouvernance et institutions dans les décisions d'investissement privé dans les pays en développement

par Clarisse Nguedam Ntouko

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Patrick Plane et de Patrick Guillaumont.

Le président du jury était Gérard Duchêne.

Le jury était composé de Patrick Plane, Patrick Guillaumont, Patricia Augier, Mohamed El Arbi Chaffai, Vianney Dequiedt.

Les rapporteurs étaient Patricia Augier, Mohamed El Arbi Chaffai.


  • Résumé

    Cette thèse analyse l’impact des facteurs institutionnels et de la gouvernance sur l’investissement privé dans les pays en développement. La problématique de la « bonne gouvernance » et de l’amélioration de la qualité institutionnelle notamment dans les pays en développement sont au coeur des préoccupations de la communauté internationale. Pour autant, il n’existe pas un cadre institutionnel et un système de gouvernance unique et optimal qui s’imposeraient de manière exogène à tous les pays, car les facteurs culturels, historiques et anthropologiques modèlent la qualité des institutions et le mode de gouvernance. En effet, si les pays peuvent avoir un objectif commun, celui d’un cadre institutionnel permettant notamment de garantir la viabilité et la crédibilité du climat d’investissement, ils démarrent tous de points différents, marqués par des caractéristiques propres.Ces facteurs nous emmènent à privilégier une approche relativiste et non normative de la qualité des institutions et de la gouvernance. Cependant,tous les cadres institutionnels ne se valent pas. Certaines configurations institutionnelles accroissent l’incertitude et l’irréversibilité de l’investissement. Nos analyses placent le déficit de gouvernance et la faiblesse des institutions au cœur de la problématique de l’incertitude et de l’irréversibilité de l’investissement dans les pays en développement. Nous adoptons dans cette thèse une démarche plurielle consistant en une analyse macroéconométrique qui permet d’apprécier le comportement de l’investissement au niveau agrégé, et une analyse microéconométrique qui a l’intérêt de prendre en compte l’hétérogénéité des comportements d’investissement des entreprises. Un accent particulier est porté à l’Afrique subsaharienne qui est la région ayant le plus faible taux d’investissement.

  • Titre traduit

    Governance and institutions in private investment decisions in developing countries


  • Résumé

    This thesis analyzes the impact of governance and institutions on private investment in developing countries. "Good governance" and institutional quality especially in developing countries are of great concern to the international community. However, there is no unique and optimal institutional framework and governance system which can be set up in all countries independently to their cultural, historical and anthropological characteristics. Indeed, if all countries can share a common objective which consists of an institutional framework, able to ensure the sustainability and credibility of the investment climate, they will all start from different points with specific characteristics. These factors lead us to favor a non normative approach of the quality of institutions and governance. However, some institutional framework increases uncertainty and irreversibility ofinvestment. In this thesis, we consider weak institutions and poor governance as the main sources of uncertainty and irreversibility of investment indeveloping countries. We use a macroeconometric approach which analyses the investment behavior at the aggregate level, and a microeconometric approach which takes into account the heterogeneity of the investment behavior of firms. An emphasis is put on sub-Saharan African countries that have the lowest private investment rate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.