Mythes et violence dans l'oeuvre de Sony Labou Tansi

par Alain-Kamal Henry

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée - Cergy

Sous la direction de Christiane Chaulet-Achour.

Le président du jury était Sylvie Brodziak.

Les rapporteurs étaient Amina Bekkat, Xavier Garnier.


  • Résumé

    Notre étude du roman de Sony Labou Tansi aborde les notions de violence et des mythes dans leurs fonctions littéraire et sémiologique. Elle les envisage comme les sources fondatrices de l'écriture romanesque.C'est dans ce sens que la violence est assimilée à l'action des états postcoloniaux représentés par la fiction. Dans une interaction entre l'imaginaire et le réel, l'auteur évoque la confrontation des identités, des mémoires collectives et des territoires en résistance contre une autorité postcoloniale liberticide.Une autre forme de violence dite scriptuaire poursuit, avec audace, cet élan initié par les premières œuvres africaines de langue occidentale, elle s'exerce sur le langage littéraire déstructuré et dont les bases narratologiques sont éclatées. Le roman sonyen amène les mots à leur limite pour réinventer un langage néologique qui instaure, dans le roman, le domaine de « la tropicalité » sonyenne, une hétérogénéité littéraire et une hybridation du roman francophone.Notre étude du mythe exploite deux axes majeurs, en tant que parole et récit des origines, la mythologie structure une vision du monde basée sur l'ethno-religieux, dans sa fonction sémiologique, le mythe est lui-même signe et symbole, il appelle à l'analyse des langages littéraire, artistique et mythique démystifiés et débridés par un univers où l'humour et l'ironie participent d'une démythification du pouvoir et des traditions.

  • Titre traduit

    Myths and violence in Sony Labou Tansi 's novel


  • Résumé

    Our study of the novel of Sony Labou Tansi approaches the notions of violence and myths in their literary and semiological functions. It envisages them as the founder sources of the romantic writing.In this sense that violence is assimilated to the postcolon states action represented by the fiction. In a correlation between fiction and reality, the author recalls iditities conflicts, collectives memories and territories in resistance against the postcolon authority oppression.nother forms of said violence scriptuaire follow, with boldness, this impulse initiated by the first Africain writings of western language, it's on the literary language destruction and narratologiques foundations of which are burst.The sonyen novel brings words to their border to reinvent a neological language which institutes, in the novel, the domain of " the sonyenne tropicalité ", a literary heterogeneity and a hybridization of the French-speaking novel.Our study of the myth exploits two major axles, as word and tale of origins, mythology structures a vision of the world based on the ethno-monk, in its semiological function, the myth is itself sign and symbol, he calls to the analysis of literary, artistic languages and mythical dispelled the illusions and unbridled by a world where humour and irony participate in demythologization of power and traditions.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.