Les usages sociaux de l'identité : processus de catégorisation et formes d'appartenance culturelle et minoritaire des descendants de l'immigration maghrébine et turque

par Pierre Landais

Thèse de doctorat en Sociologie, démographie

Sous la direction de Salvador Juan.

Soutenue en 2012

à Caen .


  • Résumé

    Dans un contexte d’assignation à une position d’extranéité de certains membres de la société française (« issus de l’immigration », « musulmans »), qu’en est-il du rapport à l’héritage familial des descendants de l’immigration maghrébine et turque ? A partir d’une étude empirique conduite sur différents terrains, cette thèse examine les formes d’appartenance, en particulier culturelle et minoritaire, des héritiers de l’immigration. Il en ressort que les héritiers de l’immigration maghrébine construisent et mènent leur existence en cherchant à concilier fidélité à l’héritage familial et aspirations personnelles, tout en faisant face à l’expérience de l’assignation identitaire, de la stigmatisation et des discriminations ; et ce, en étant inégalement dotés en ressources (sociales, culturelles, symboliques), selon leur trajectoire scolaire et sociale, leur sexe, ou encore leur âge. Si la tendance à la fidélité vis-à-vis de l’héritage familial l’emporte par-delà la position sociale et les ressources des personnes, la prégnance ou non de l’appartenance minoritaire est liée à la reconnaissance de la multiplicité des appartenances de l’individu, ou à l’inverse, à son assignation à une identité stigmatisée ; elle dépend de la palette d’identifications valorisantes et reconnues, dont disposent les personnes. Finalement, en questionnant la dialectique entre assignation et identification, la thèse révèle l’autonomie, partielle et relative, de l’appartenance culturelle par rapport à l’appartenance minoritaire (assignée)

  • Titre traduit

    The social uses of identity : process of categorization and forms of cultural and minority belonging of descendants of North African and Turkish immigration


  • Résumé

    In a context of assignment to an outsider’s position of some members of the French society ("of immigrant origins", "Muslim"), what about the relationship with the family inheritance of the descendants of North African and Turkish immigration? From an empirical study conducted on different populations, this thesis examines the forms of belonging of immigrants’ descendants, especially cultural belonging and minority belonging. It appears that the heirs of the North African immigration lead their lives trying to reconcile loyalty to family heritage and personal aspirations, while facing assigned identity, stigma and discrimination and this, without having the same amount of resources (social, cultural, and symbolic) depending on their academic and social trajectory, gender, or age. If the trend of loyalty towards the family legacy prevails, regardless of the social position and resources of people, the strength of minority belonging is linked to the recognition of an individual’s multiple belongings, or conversely, his assignment to a stigmatized identity, depending on the range of rewarding and recognized identifications that people have. Finally, while questioning the dialectic between identification and assignment, this thesis reveals the partial and relative autonomy of cultural belonging, compared to (inflicted) minority belonging

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (739 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.695-722

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2012 LANDAIS B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.