Des demeures pour les communes : Étude architecturale et historique des mairies de Normandie

par Dominique Huet

Thèse de doctorat en Histoire des mondes modernes, du monde contemporain

Sous la direction de Michel Boivin.

Soutenue en 2012

à Caen .


  • Résumé

    La construction d’édifices publics à l’époque contemporaine, mais également leur aménagement dans des bâtiments plus anciens, apparaît comme un large mouvement d’équipement des communes afin d’y abriter leur administration. La mairie est un lieu de pouvoir au service de la population de chaque commune, avec une identité propre qui la fait distinguer des autres constructions environnantes. Les moyens d’expression de cette identité s’appuient sur une conception architecturale singulière qui a longtemps fait l’objet de la plus grande attention du pouvoir central par le contrôle du Conseil des Bâtiments civils. De fait, l’architecture publique est significative des relations entre l’État et les communes sur une longue période. La problématique recouvre également l’étude des choix opérés par les décideurs publics pour une apparence digne du bâtiment officiel qui doit être lisible par son attachement aux valeurs sûres de la tradition, tout en marquant sa modernité comme symbole du progrès de la chose publique sur l’ensemble du territoire. En ce sens, la IIIe République utilise ces chantiers de construction comme un acte de présence à côté d’autres constructions publiques emblématiques comme le presbytère, le château ou l’église, dont les mairies s’inspirent des éléments significatifs pour élaborer la grammaire d’un genre architectural propre. L’étude d’une centaine d’édifices, choisis pour leur histoire particulière ou représentative mais également pour leurs qualités esthétiques, entend améliorer la connaissance des diverses situations sur un vaste territoire afin de comprendre les mécanismes de construction puis de conservation de ce patrimoine singulier souvent inexploré

  • Titre traduit

    Residences for parishes : Architectural and historical study of the Normandy town halls


  • Résumé

    The construction of public buildings in modern times, but also their development in older buildings, appears as a broad movement of commons equipment in order to shelter their administration. The town hall is a place of power to serve the population of each municipality, with its own identity that makes it different from other surrounding buildings. The means for expressing that identity are based on a unique architectural design that has long been the subject of great attention of the central government by the control of the Board of Civil Buildings. In fact, public architecture reflects the relationship between the state and municipalities over a long period. The problem also includes the study of choices made by policy makers for a dignified appearance of the official building that must be readable by its commitment to sound tradition values, while expressing modernity as a symbol of progress of the public all over the country. In this sense, the Third Republic uses these constructions as an act of presence alongside other public emblematic buildings such as the presbytery, the castle or the church, from where town halls take their significant elements to elaborate the grammar of an own architectural type. The study of one hundred buildings, chosen for their particular or representative history, but also for their aesthetic qualities, aims to improve the knowledge of the different situations over a wide area in order to understand the mechanisms of construction then preservation of this unique heritage often unexplored

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (855 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.793-852

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAENL 2012 HUET B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.