Le français parlé dans les Bâtiments et les Travaux Publics : de l'analyse interactionnelle à la constitution d'un parcours d'apprentissage

par Cécile Medina-Jaouen

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Michael Rinn.

Soutenue le 31-05-2012

à Brest , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) , en partenariat avec Héritages & constructions dans le texte et l’image (laboratoire) .


  • Résumé

    Après avoir présenté le secteur d’activité ainsi que la place de la langue et de l’apprentissage du français dans le monde professionnel, nous décrivons et analysons notre protocole de recherche in-situ, la singularité d’une écoute participante au sein d’un secteur d’activité spécifique et dans le cadre d’une population principalement ouvrière. Cette enquête nous a permis de discuter les méthodologies de la constitution de corpus d’observation et la place du chercheur en entreprise et dans la société. Puis, nous avons mis en lumière l’importance du lien entre parole et action, observé lors de l’enquête. C’est à ce titre que nous avons interrogé plus spécifiquement la question du « speach act » dans des discours marqués par une forte abstraction. De là, nous avons défini la notion de contextualisation, pour le cadre spécifique des BTP, comme étant une matrice régulée par un certain nombre de curseurs que nous avons identifiés et qui sont signifiants pour les participants de l’échange. Suivant cette recherche de la signification, nous avons construit une analyse technique de la spécificité morphologique et syntaxique des discours produits sur les chantiers de BTP. Enfin, nous avons repensé l’approche didactique en incluant à la fois les besoins communicatifs et les stratégies d’apprentissages situées, contextualisées et intégrées au travail, et en l’illustrant par des extraits de contenus pédagogiques de la formation réalisée lors de la phase d’expérimentation.

  • Titre traduit

    The French language spoken in the Building and Civil Public Works Sector


  • Résumé

    This present study is a linguistic and didactic fieldwork that has been carried out in several phases. Following a presentation of the business sector and the place of language and that of learning French in the professional world, this present study will describe and analyze the research protocol in-situ, and the peculiarity of participant listening in a specific business sector and within the framework of a mainly working-class population. This investigation will firstly discuss the methodologies of the corpus of observation and the place of the researcher both within the company and in society. Next, the significance of the link between word and action will be highlighted, as observed during the investigation. It is on this basis that questions have been raised, more specifically, on the issue of the “speech act” in discourses that are marked by a strong abstraction. This enabled us to define the concept of contextualization, in the specific context of BTPs, as being a matrix regulated by a certain number of cursors that we identified in this study, and which are significant for the participants of the exchange. From this research on meaning, we constructed a technical analysis of the morphological and syntactic specificity of the discourse produced on BTP construction sites. Finally, we reconsidered the didactic approach by including both the communicative needs and the learning strategies that were situated, contextualized and integrated into the research: this is illustrated with extracts of the educational material that was used in the training carried out over the course of the pilot phase.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.