Contribution à la connaissance des déterminants dans le choix du successeur de l'entreprise familiale dominicaine

par Claudia Brito Bruno

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Gérard Hirigoyen.

Le président du jury était Pedro Arbulu.

Les rapporteurs étaient Pascal Barneto, Jean-Pierre Neveu.


  • Résumé

    Ces dernières années en Amérique Latine, de nombreuses enquêtes identifiantles entreprises familiales dans leur domaine d’étude ont été menées apportantleur lot de nouvelles données permettant de démontrer ainsi leur présence dansl’économie de nombreux pays dans lesquels elles jouent un rôle primordial (PozaE. 1995); (Khulman, 1996) ; (Kajihara, 1998) ; (Davis J.A., 2006). La RépubliqueDominicaine ne fait pas figure d’exception, comme l’expliquent Van Del Linde &Bello (2001), et il existe dans le pays un tissu familial solide au sein del’entreprise que l’on retrouve non seulement dans la première et dans la secondegénération mais aussi dans la troisième où l’on dénombre quelques grandesentreprises. Ces phénomènes rendent évidente la nécessité de développer unintérêt pour prévenir les risques de la mortalité des entreprises concernées.Les entreprises familiales se sont appuyées sur le principe de succession pourréussir le maintien intergénérationnel, celui-ci atteignant son paroxysme lors dela prise de décision d’un nouveau leader qui succèdera à l’ancien afin de prendreen charge l’entreprise familiale (Chua, Chrisman & Sharma, 1939) ; (Chrisman,Chua & Sharma, 2003).Ce que l’on a coutume d’appeler « prise de décision » est en fait un processus quis’applique à des situations quotidiennes dans la gestion des organisations et quis’avère difficile et complexe lorsqu’il s’agit d’entreprises familiales. Basly S.,(2005) a comparé les entreprises familiales avec les autres en proposant unelogique de prises de décision différente, mettant en avant la dimension dominante, le processus, la rapidité et les certitudes sur lesquelles repose ladécision. Cette étude suggère que les entreprises familiales ne sont pas dirigéesselon le modèle ordinaire de prise de décision, ce qui nous a permis d’aborder lethème de la rationalité et du leadership dans l’entreprise familiale.D’après Simon (1955), la finalité de tout ce qui touche à la construction d’unsemblant de rationalité est de proportionner des matériaux pour ledéveloppement d’une théorie du comportement d’individus preneurs de décisionsdans le contexte d’une organisation. Cependant, et c’est contradictoire, nous noustrouvons face à une situation paradoxale qui est que, si l’on considère le type derationalité global de la théorie classique, les problèmes de la structure interne del’entreprise, (ou de tout autre organisation) disparaissent presque entièrement.

  • Titre traduit

    Contribution to the knowledge of the key factors in the choice of the successor of the Dominican family business


  • Résumé

    During the last years in Latin American there have been researches that identifythe family business inside their scope of study, contributing some data thatconfirm their important presence and role in the economy of several countries(Poza E. (1995); (Khulman, 1996) (Kajihara, 1998); (Davis J. A., 2006).Dominican Republic is not the exception, as explained by Van der Linde & Bello(2001); in the country exists a solid family business network in its first andsecond generations, with some big companies on their third, statement thatproduces evidence to develop an interest and need to prevent the mortality ofsuch companies.The practice that is modeled in the family business to achieve their intergenerationalsurvival is succession, understood as a process that culminates withthe decision making of a new successor leader who will have the company underhis/her command (Chua, Chrisman, & Sharma, 1999); (Chrisman, Chua, &Sharma, 2003).What we usually call “decision making” is a process that is applied to everydaysituations in the management of organizations, which turns complex andintricate in the context of family business. Thereon Basly S., (2005) made acomparison between family and non-family businesses proposing a logic ofdecision making different in each one, and highlighting the dominant dimension,process, speed and assumptions in which the decision is sustained. This studysuggests that family businesses are not governed by the normative model of decision making, assertion that gave us a clue to step into the subject ofrationality and decision making in the family business.Citing Simon (1955) the purpose of all constructions of an approximaterationality is to give materials for the development of a theory of the behavior ofdecision making individuals in the context of an organization. Nonetheless andopposite, we have the paradox that if we assume the type of overall rationality ofthe classical theory, the problems of the inner structure of the company, orwhatever organization it is, disappear almost completely.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.