La Roumanie postcommuniste au prisme des théories de la transition démocratique

par Dorina Maria Ofrim

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Philippe Claret.

Soutenue le 17-12-2012

à Bordeaux 4 , dans le cadre de École doctorale de droit (Pessac, Gironde) .

Le président du jury était Slobodan Milacic.

Les rapporteurs étaient Jean-Claude Colliard, Stephen Launay.


  • Résumé

    Le sujet central de la thèse concerne la Roumanie postcommuniste, dont la transition est analysée àla lumière des théories de la transition démocratique. Prise dans la vague des transitionsdémocratiques qu’ont connues les pays de l’Europe Centrale et Orientale après 1989, la Roumanieest le seul pays qui a vécu un changement violent de régime ; elle est aussi celui qui a connu latransition démocratique la plus longue et la plus sinueuse de la région. La thèse présente unetypologie générale des théories de la transition démocratique, élaborées avant et après 1989. Lespremières tentent de dégager les facteurs de transition, avec des approches centrées, soit sur lesstructures, soit sur les acteurs. Les secondes insistent sur les facteurs d'incertitude propres à toutetransition et aussi sur les choix rationnels des acteurs. La confrontation du cas roumain auxthéories de la transition constitue un test de validité des différentes approches et souligne, en toutehypothèse, les spécificités de l'itinéraire suivi par la Roumanie pour sortir du régime communiste.La thèse, qui éclaire à la fois la genèse et le cheminement complexe de la transition roumaine,souligne les limites des théories de la transition démocratique, celles d'avant 1989 comme cellesd'après 1989, dans l'explication du processus transitionnel roumain, démontrant par là lacomplexité du cas roumain.

  • Titre traduit

    Postcommunist romania regards to democratic transition theories


  • Résumé

    The central issue of this thesis concern post communist Romania and deals with the Romaniandemocratic transition regard to democratic transition theories. Part of the democratic transitionwave that experimented counties of Central and Eastern Europe, Romania is the only country toexperiment a violent regime change and a democratic transition known to be the longest and themost twisting. The thesis presents a general typology of democratic transition theories existingbefore and after 1989. The first theories attempt to identify the transition’s factors with centredapproaches either on structures or on actors. The latter emphasises the uncertainty inherent to anytransition, as well as on the actor’s rational choice. The confrontation of the Romanian case to thetransition theories is a test of the validity of different approaches and underlines the specific of theroute that Romania followed to escape communism. The thesis, which stresses both the genesisand the complex process of Romania’s transition, highlights the limitations of democratictransition theories, those before 1989 as well as those after 1989 in explaining the Romaniantransition process, thus demonstrating the complexity of the Romanian case.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?