La complétive objet en chinois

par Shuaijun Jiang

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Claude Muller et de Marie-Claude Paris.

Soutenue le 07-12-2012

à Bordeaux 3 , dans le cadre de École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Cognition, langues, langage, ergonomie (Toulouse) (laboratoire) .

Le président du jury était Gaston Gross.

Le jury était composé de Claude Muller, Marie-Claude Paris, Christine Lamarre, Dan Xu.

Les rapporteurs étaient Christine Lamarre, Dan Xu.


  • Résumé

    Notre thèse traite la complétive objet et ses prédicats introducteurs en chinois. Nous adoptons, dans l’ensemble, le cadre théorique du lexique-grammaire de Gross (1984) et dans l’analyse concrète, celle de la structure prédicative de Muller (2001). Elle est divisée en cinq chapitres. Dans le premier « Etat des lieux », nous présentons la conception de la complétive en tant qu’un type de subordonnée et nous adoptons l’analyse de la dépendance énonciative de Muller (1996). Ensuite nous présentons quelques analyses qui intègre la sémantique dans l’analyse de la complétive. Le chapitre 2 a pour objectif de délimiter notre objet d’étude, qui inclut trois sous-types : la complétive propositionnelle, le complément verbal sans sujet syntaxique (l’équivalent de la complétive infinitive du français) et l’interrogative indirecte dont la spécificité sémantique est bien prise en compte.Dans le troisième chapitre nous étudions les propriétés de sélection des prédicats introducteurs de la complétive en chinois : celles concernant le complément nominal et verbal sans sujet syntaxique d’une part, et celle entre la complétive déclarative et l’II d’autre part, à propos de laquelle nous étudions aussi les éléments qui la modifient. Dans le chapitre 4 la complétive objet est mise en parallèles avec trois autre types de constructions qui partagent le même schéma de construction [(SN1) +SV1+SN2+SV2] avec elle et qui impliquent aussi une relation de dépendance entre deux prédicats, ce sont la construction à double complément, la construction à 2nd complément et la construction à contrôle objet. Nous tenterons de fournir quelques outils de distinction d’ordre lexical ou contextuel.Le chapitre 5 concerne les propriétés syntaxiques de la complétive objet. Nous discuterons d’abord du morphème ‘shuo’ à propos de son statut de ‘conjonction émergente’ et de quelques caractéristiques d’intégration sous le terme de « main clause phenomena ». Ensuite seront scrutés les verbes « recteurs faibles » dans les termes de Blanche-Benveniste (1988) qui s’avéreront assez similaires à leurs équivalents en français et en anglais. Enfin nous analyserons les références temporelles dans la construction complétive. Nous postulerons qu’elles se basent principalement sur la télicité des prédicats matrice et la sémantique de leurs arguments ; les marqueurs aspectuels –le, -guo et –zhe modifient cette interprétation par défaut selon leur sémantique propre. Et nous donnerons une analyse détaillée des contraintes de différents degrés imposées sur les différents types de prédicats.

  • Titre traduit

    The clausal object in Chinese


  • Résumé

    Our thesis deals with the clausal object in Chinese and the predicats which select this type of complementation. In general we adopt the theoretical framework of the lexicon-grammar (Gross 1984) ; in concrete analysis, we adopte the analysis of the predicative structure (Muller 2001). It is divided into five chapters.In the first chaptre, we present the general conception of the clausal object as a type of propositional complement and we adopt the analysis of the dependence enunciative (Muller 1996). Then we present several articles which integrate the semantic aspect in the analysis of the clausal object.Chapter 2 aims to delimitate our object of study, which includes three subtypes: the propositional complement with that, the verbal complement without syntactic subject (the equivalent of the infinitive construction in French) and the embedded questions whose semantic specificity is taken into account.In the third chapter we study the other selectional properties of the prédicats compatible with that clause, firstly with regard to noun complement and verbal complement without syntactic subject, secondly with regard to that clause and the embedded questions. We also study the elements which can change the second type of selection.In Chapter 4 the completive object is placed in parallel with three other types of constructions that share the same construction scheme [(SN1) + SV1 + SV2 + SN2] with that clause and also imply a relationship of dependence between two predicates. They are : construction with double complement, construction with 2nd complement and construction of object control. We will try to provide some lexical or contextual parameters in order to distinguish them.In Chapter 5 we study the syntactic properties of the clausal object. We first discuss the morpheme 'shuo' about his status of 'emerging conjunction' and some characteristics of integration under the term of "main clause phenomena." Then are scrutinized the verbs of assertion under the name of ‘recteur faible’ (Blanche-Benveniste 1988) ; they are proved to be quite similar to their equivalents in French and English. Finally, we analyze the temporal references in the construction with clausal object. We postulate that it relies primarily on the telicity of matrix predicates and the semantics of their arguments ; the aspectual markers -le,-guo and –zhe can modify this interpretation by defaut according to their semantics. And we give a detailed analysis of constraints of different degrees imposed on different types of predicates.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?