La " faïence " dans les pavements médiévaux en France (XIIIe-XIVe s.) : approche technique, stylistique et symbolique du cas de Suscinio (c. 1330-1350)

par Laetitia Métreau

Thèse de doctorat en Sciences Archéologiques

Sous la direction de Françoise Bechtel.

Soutenue le 24-09-2012

à Bordeaux 3 , dans le cadre de École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Institut de recherche sur les archéomatériaux (France) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean Chapelot.

Le jury était composé de Christopher Norton, Sophie Wolf, Patrick André, Jean Rosen.

Les rapporteurs étaient Christopher Norton, Sophie Wolf.


  • Résumé

    De son apparition dans les cours raffinées du lointain Orient islamisé à son exploitation industrielle en Occident, les procédés d’élaboration et les usages de la faïence ont évolué. En France, en l’état actuel des connaissances, l’introduction de cette technique remonte à l’époque gothique. Elle se manifeste alors de manière simultanée, dans des zones géographiques spécifiques, ponctuellement utilisée dans la composition de quelques luxueux pavements, où elle coexiste fréquemment avec des carreaux de terre cuite à glaçure transparente de tradition indigène. De tels pavements, parce qu’ils témoignent de la rencontre entre deux traditions techniques et culturelles, apparaissent comme des objets d’étude privilégiés pour appréhender conjointement les questions relatives à l’origine, la production et la consommation que pose la « faïence » à ses débuts en France. À partir de l’approche globale du cas de Suscinio, choisi en raison de son exemplarité, les chemins que cette technique exogène a empruntés et les raisons de son utilisation ont pu être précisés. Les données techniques, iconographiques et analytiques collectées grâce à la démarche méthodologique proposée apportent de nouveaux éléments de réponse. Ainsi, l’importation de produits finis et l’expérimentation locale ont pu être exclues au profit de l’importation de savoirs techniques ou du transfert de connaissances. Le répertoire iconographique et le style de tradition gothique ont montré qu’il y avait eu adaptation de la technique à un nouveau milieu socio-culturel. Son utilisation dans des lieux de l’édifice particuliers et particulièrement importants ne servait pas seulement une démonstration de pouvoir mais lui conférait également le statut de marqueur spatial, hiérarchique et social.

  • Titre traduit

    Tin-glazed earthenware in French medieval floor-tiles (13th-14th centuries) : technical, stylistic and symbolic approach in the case of Suscinio (c. 1330-1350)


  • Résumé

    Tin-glazed earthenware manufacturing and use changed from its beginnings in the refined courts of the Islamic Far East up to its manufacturing in the West. In France, the technique was introduced during the Gothic period. It appears simultaneously, in specific geographical areas, at times used in the composition of luxurious floor-tiles where it often coexists with indigenous transparent high-lead glazed tiles. Such floor-tiles bear witness to the meeting between two technical and cultural traditions. That is the reason why they are particularly appropriate when studying together issues relating to the geographical origin, production and consumption of tin-glazed earthenware technique at its beginnings in France. The ways followed by this exogenous technique and the reasons for its use were clarified through the overall approach of the exemplary case of Suscinio. Technical, iconographical and analytical data collected by using a multidisciplinary methodology have provided some answers. Imported products and local experimentation can be excluded in favor of imported skills or transfer of knowledge. The Gothic tradition of the iconography and the style showed that the technique was adapted to a new socio-cultural context. Its use in particular and particularly important places was not only reserved to a manifestation of power but also worked as spatial, hierarchical and social markers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.