Habits in relapse : role of the discriminative stimulus properties of drugs of abuse in behavioral automatisms

par Maria del Carmen Gonzalez Marin

Thèse de doctorat en Sciences, technologie, santé. Neurosciences

Sous la direction de Martine Cador.

Soutenue le 17-12-2012

à Bordeaux 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de la vie et de la santé (Bordeaux) .

Le président du jury était Christelle Baunez.

Le jury était composé de Etienne Coutureau.

Les rapporteurs étaient Christelle Baunez, Aldo Badiani.

  • Titre traduit

    Habitudes dans la rechute : role des propriétés discriminatives des drogues d’abus dans l’automatisation des comportements


  • Résumé

    L’addiction aux drogues peut être considérée comme une maladie neurologique chronique avec des rechutes récurrentes en période d’abstinence qui constituent le problème majeur dans le traitement de l’addiction aux drogues. Grâce à un modèle animal de rechute, il a été montré qu’un rongeur pouvait réinstaller un comportement de recherche de drogue lorsqu’il était réexposé à la drogue elle-même, à des indices associés à la drogue, ou encore à un stress. Dans notre équipe, nous avons évalué la contribution relative des différentes propriétés de la cocaïne, de l’héroïne et de la nicotine (incitative, discriminative et renforçante) dans la réinstallation d’un comportement de recherche de nourriture. Afin de dissocier les propriétés discriminatives et renforçantes, les rats ont été entraînés à s’auto-administrer une récompense alimentaire. Nous avons alors trouvé que : 1) La cocaïne et la nicotine agissent comme des stimuli internes qui acquièrent un contrôle discriminatif sur le comportement, étant donné que la cocaïne et la nicotine, contrairement à l’héroïne, peuvent réinstaller un comportement éteint de recherche de nourriture lorsque ce comportement a été préalablement acquis sous les effets de la cocaïne et de la nicotine, respectivement. 2) La réinstallation induite par la cocaïne et la nicotine est indépendante de la valeur actuelle de la récompense, ce qui indique que la cocaïne et la nicotine contrôlent l’activation de comportements automatiques, habituels, liés à la drogue. Puis, afin d’identifier la façon dont les drogues d’abus entraînent la formation d’habitudes, nous avons également étudié les effets d’une sensibilisation à la cocaïne à différents moments d’un apprentissage instrumental pour une récompense alimentaire, après une dévaluation de la récompense. Nous avons alors trouvé que la sensibilisation à la cocaïne ne favorisait pas le développement de comportements de type habituel. Cette série d’expériences constitue une première étape dans la comparaison des processus automatiques produits par la cocaïne et la nicotine. Si l’activation de comportements de type habituel, automatique, peut être généralisée à d’autres drogues d’abus, nous pourrons considérer que la rechute vers la recherche et la prise de drogue est en partie sous le contrôle de processus automatiques, ce qui pourrait expliquer la forte probabilité de rechute, même après de longues périodes d’abstinence et malgré la connaissance des conséquences néfastes qui en découlent.


  • Résumé

    Drug addiction can be considered as a chronic brain disease with recurrent relapse during abstinence periods which remains the major problem for the treatment of drug addiction. Using an animal model of drug relapse, it has been shown that a rodent can reinstate a drug-seeking behavior when re-exposed to the drug itself, drug associated cues or stress. In our research group, we assessed the relative contribution of the different properties of cocaine, heroin and nicotine (incentive, discriminative and reinforcing) in food-seeking reinstatement, and in order to dissociate the discriminative from the reinforcing properties, rats were trained to self-administer a non-drug reward (food). We found that: 1) Cocaine and nicotine act as internal stimuli that acquires discriminative control over behavior, since cocaine and nicotine, but not heroin, can reinstate an extinguished food-seeking behavior when this behavior has been previously performed under the effects of cocaine and nicotine respectively. 2) Cocaine- and nicotine-induced reinstatement is independent of the current value of the outcome, which indicates that cocaine and nicotine control the activation of automatic, drug-related habitual behaviors. Then, in order to identify the way drugs of abuse lead to the formation of habits, we also examined the effects of cocaine sensitization at different stages of instrumental training for a food reward after outcome devaluation. We found that, globally, cocaine sensitization does not promote the development of habit-based behaviors. This series of experiments represent a first step in the comparison of automatic processes produced by cocaine and nicotine. If the activation of automatic, habit-based behaviors can be generalized to other drugs of abuse, we could consider that relapse to drug-seeking and drug-taking is partly under the control of automatic processes, which could explain the high probability of relapse, even after extended periods of abstinence and despite the knowledge of the adverse consequences.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.