Comportements dangereux au volant chez les jeunes. Le rôle des mécanismes d’influence sociale dans le groupe

par Alexandra Gheorghiu

Thèse de doctorat en Sociétés, Politique, Santé publique. Psychologie

Sous la direction de Marie-Line Felonneau et de Ticu Constantin.

Le président du jury était Ion Definoiu.

Le jury était composé de Marie-Line Felonneau, Ticu Constantin, Corneliu-Eugen Havarneanu.

Les rapporteurs étaient Patricia Delhomme, Mihai Hohn.


  • Résumé

    Les accidents routiers restent un problème important du secteur public de la santé au niveau international, national et régional. L’Organisation Mondiale de la Santé estime que plus d’un million de personnes meurent chaque année à cause d’un accident routier et entre 20 et 50 millions sont blessées ("Global status report on road safety: time for action," 2009). Parmi les conducteurs tués dans des accidents routiers, les jeunes conducteurs représentent au moins un quart (OECD, 2006). Les causes principales des accidents routiers, telles qu’elles sont mises en évidence dans le rapport de 2004 de l’Organisation Mondiale de la Santé (Peden et al., 2004), sont : la conduite sous l’influence de l’alcool, la vitesse, la conduite en état avancé de fatigue, l’utilisation du téléphone portable, la visibilité réduite et les facteurs appartenant à la qualité de la route. A ces causes, pour les jeunes, il faut rajouter la recherche des sensations, l’excitabilité et l’influence des pairs (A. F. Williams, 2006). L’influence des pairs représente un sujet controversé dans la littérature de spécialité à cause des résultats obtenus. Une partie des chercheurs considèrent que la présence des pairs a un effet plutôt négatif (Arnett et al., 1997; Doherty et al., 1998; Moller & Gregersen, 2008), pendant que l’autre envisage plutôt un effet positif (Delhomme, 1994; Engstrom, Gregersen, Granstrom, & Nyberg, 2008; Rueda-Domingo et al., 2004; Vollrath, Meilinger, & Krager, 2002). Cette recherche analyse l’effet des pairs sur les comportements à risque des jeunes conducteurs roumains et français en utilisant la théorie du comportement planifié, mais aussi l’effet de différents types de pressions de la part des pairs sur le comportement du jeune conducteur. Les résultats ont mis en évidence que les normes subjectives et surtout les normes subjectives de la part des amis, contribuent significativement à expliquer l’intention de réaliser des comportements à risque comme le dépassement de la vitesse et la conduite sous l’influence de l’alcool. Les analyses comparatives ont montré aussi des différences entre les deux populations. Par exemple, pour la population roumaine, les normes se retrouvent plus souvent dans les resultats des analyses que dans le cas de la population française. En plus, les jeunes conducteurs français ont un point de vue plutôt instrumental envers la voiture, en tant que pour les jeunes conducteurs roumains, la voiture représente plutôt un moyen d’impressionner les autres. Un autre résultat intéressant souligne le caractère souvent situationnel de la prise de risques chez les jeunes conducteurs accompagnés par des pairs, mais aussi les implications d’un groupe d’amis à prise de risques élevée. Pour conclure, les résultats obtenus à l’égard du rôle des normes et de l’effet de la pression des pairs sur les comportements à risque des jeunes conducteurs sont encourageants.

  • Titre traduit

    Risky driving behaviour in the case of young drivers. The role of social influence mechanisms in the group


  • Résumé

    Road crashes remain a significant public health problem at international, national and regional level. World Health Organization estimates that more than a million persons die each year in road car crashes and that 20 to 50 million other persons are injured in those crashes ("Global status report on road safety: time for action," 2009). Among the drivers that die in car crashes almost a quarter are young drivers (OECD, 2006). The main causes of car crashes identified by WHO are driving while intoxicated, speeding, driving while tired, phone use, low visibility and poor road conditions (Peden et al., 2004). To these causes, in the case of young drivers we can add sensation seeking, excitability and peer influence (A. F. Williams, 2006). Peer influence on young drivers’ behaviour is a controversial topic in the literature due to the rather contradictory conclusions of the researches on this theme. Some researchers have found a negative effect of peer presence (Arnett et al., 1997; Doherty et al., 1998; Moller & Gregersen, 2008), while others have found a protective effect (Delhomme, 1994; Engstrom, Gregersen, Granstrom, & Nyberg, 2008; Rueda-Domingo et al., 2004; Vollrath, Meilinger, & Krager, 2002). This research analyses the effect that peers can have on young drivers’ risky behaviours by using the theory of planned behaviour approach and by looking into the effect that peer pressure type can have on the young driver. The results highlight that subjective norms and especially friend’s perceived norms contribute significantly to explaining young drivers’ intention to speed or to drive while intoxicated. The comparative analysis showed some interesting differences among the two populations. For example, for the Romanian drivers norms play a much more important role in explaining risky driving behaviours that for the French population. Also, young French drivers perceive the car as having rather an instrumental role while Romanian drivers see it more like a way to impress. Another interesting result emphasizes on the situational character of young drivers risk taking but also on the implications that risk taking peers might have. Finally, the results obtained regarding the role of norms and the effects of peer pressure on young drivers’ behaviour are rather encouraging.

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?