En famille dans la rue : trajectoires de jeunes de la rue et carrières zonardes

par Tristana Pimor

Thèse de doctorat en Sociétés, Politique, Santé publique. Sciences de l'éducation

Sous la direction de Éric Debarbieux.

Le président du jury était François Dubet.

Le jury était composé de Luc Robene.

Les rapporteurs étaient Anne Barrère, Gilles Monceau.


  • Résumé

    À partir d’une approche ethnographique collaborative entre chercheur et enquêtés, mêlant observation participante, récits de vie, entretiens auprès de jeunes vivant dans un squat et auprès de travailleurs sociaux, de commerçants, de riverains nous avons tenté de saisir ce qui dans les trajectoires des acteurs favorisait l’inscription dans cet univers de la rue qu’est la Zone et dans sa culture, ce qui jouait dans les divers inclinements identitaires zonards. Différents modes d’être « jeune en errance », ou plutôt zonard ont été repérés. En usant des théories de la socialisation, de la déviance, des interactions goffmaniennes et de l’ethnicité, nous avons pu mettre à jour des logiques synchroniques et diachroniques explicatives. L’orientation vers la Zone ne s’effectue pas sans les influences de la famille, de l'institution scolaire, du contexte écologique. Ils provoquent des désajustements auxquels la socialisation juvénile de pairs répondra par la pratique d’activités délinquantes. Le positionnement plus ou moins engagé dans la Zone dépend par ailleurs de certaines spécificités biographiques et de l'investissement dans la carrière zonarde. Des facteurs exogènes comme le traitement sanitaire et social en direction de ces jeunes et les représentations du sens commun qui leurs sont attachées, concourent à un étiquetage social, une discrimination, qui associés aux expériences passées des acteurs favorisent alors la pérennisation de l’identité zonarde et accentuent sa déviance en érigeant des frontières entre zonards et normaux.

  • Titre traduit

    In family in the street : street youth trajectories and "zonards" careers


  • Résumé

    To study French young homeless we use an ethnographic collaborative approach with one population of the following study fields: young homeless of one squat (interviews, participant observation, life interviews) ; and interviews, reunion observations with social workers, storekeepers and local residents. We tried to understand which street youth life trajectories facilitated the enrolment in that street world that is designated: "the Zone" and what contributes to "zonard" identity and culture. Various ways to be "wandering youth", or rather "zonard" were located. By using socialization, deviance, Goffman’s interactions and ethnicity theories, we were able to shed light on synchronic and diachronic logics leading them to it. The Zone orientation needs specific family, school, ecological, and neighbourhood backgrounds, which provoke adjustment problems. We find that young peers socialization and it activities answer to background life tensions. The position of being more or less committed in the Zone depends on actors’ biographies specificities and on their Zone careers investment. Exogenous factors such as the sanitary and social treatments, the common sense representations of youth street contribute to a social labelling, a discrimination. Associated with past backgrounds, they encourage the Zone identity continuation, increase deviant practices and build borders between normals and Zonards.

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.