Pour une socio-anthropologie des secrets de famille : l'impact du mythe familial sur la socialisation de l'individu par la révélation d'un secret.

par Aline Grobost

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Francis Farrugia.

Le président du jury était Patrice Cuynet.

Le jury était composé de Francis Farrugia, Patrice Cuynet, Antigone Mouchtouris, Marie-Noëlle Schurmans.

Les rapporteurs étaient Antigone Mouchtouris, Marie-Noëlle Schurmans.


  • Résumé

    Le premier secret de famille cité par les personnes interrogées par questionnaire est celui de la filiation. Les personnes nées dans le secret (ou nées sous X) sont destinataires d'un secret imposé par la législation, celui de leurs origines biologiques. Si de surcroît, cette adoption leur a été cachée par leur famille, comme c'est le cas des personnes rencontrées dans le cadre de cette recherche, la conséquence en est une souffrance d'autant plus violente que la révélation aura été tardive. Les loyautés familiales contraignent les membres à répéter événements familiaux et les contraignent à payer les fautes de leurs ancêtres. La famille vit enfermée dans un mythe familial qui prescrit les lois et règles à respecter.Aussi, après la révélation, la personne destinataire du secret va refuser ces lois et règles ; elle va être marginalisée par sa famille et le dialogue, voire toutes relations avec sa famille, seront rompus. Ainsi, elle s'est libérée des lois et règles prescrites par le mythe familial et de toute forme de loyauté vis-à-vis de sa famille. Cette exclusion va lui permettre de se socialiser. En effet, dans notre société, la transparence est le fer de lance et "l'extimité" est prônée. Le secret ne s'y oppose pas mais les complémente et la validation du secret est un soutien à la socialisation pour la personne

  • Titre traduit

    For an socio-anthropology of the family secret : the impact of family myth on the socialization of the individual by the revelation of a family secret


  • Résumé

    The first family secret quoted by the people questioned by questionnaire is that of filiation. The people born in the secret (or born under X*) are recipients of a secret imposed by legislation, that of their biological origins. If in addition, this adoption was hidden from them by their family, as is the case of the people met in the context of this research, the consequence is a all the more violent in terms of suffering as the revelation will have been late. Family loyalty forces members to repeat family events and forces them to pay for the faults of their ancestors. The family lives lockecl up in family myth which prescribes the laws and rules to be respected. And so, after the revelation, the person recipient of the secret will refuse these laws and rules ; he or she will be marginalized by his or her family and dialogue, or even all relations with his or her family, will be broken. Thus, he or she was released from the laws and rules prescribed by family myth and from any form of loyalty with respect to his or her family. This exclusion will enable him or her to become sociable. Indeed, in our society, this transparency is triumphed and "extimity" is applauded. Secrets are not opposed to this but are complimentary and the valid ation of the secret is a support for the socialization of the person


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 2 vol. (418, 360 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 371-390. Index des auteurs et index des notions

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2012.039.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2012.039.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.