Espace acoustique et patrons coarticulatoires : les voyelles de l’arabe libyen de Tripoli en contexte pharyngalisé.

par Fathi Salam

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Mohamed Embarki.

Le président du jury était Andrée Chauvin-Vileno.

Le jury était composé de Mohamed Embarki, Annie Rialland, Mohamed Yeou, Laura Abou Haidar.

Les rapporteurs étaient Annie Rialland, Mohamed Yeou.


  • Résumé

    Ce travail de recherche porte sur un aspect phonétique qui s’inscrit dans trois domaines, la phonétique, la dialectologie et la sociophonétique arabes. Notre démarche, nos outils et nos analyses sont phonétiques par essence. Nous avons analysé la fréquence des trois premiers formants [F1, F2, F3] des voyelles cardinales brèves /i, u, a/ de l’arabe libyen de Tripoli (ALT) et nous avons alterné le contexte phonétique consonantique pharyngalisé / tˁ, sˁ, dˁ/ vs non pharyngalisé / t, s, d/ afin de vérifier l’impact de celui-ci sur la fréquence centrale des formants. Cependant, les résultats ainsi obtenus nous ont permis de comparer l’ALT à d’autres variétés populaires arabes modernes. Comme ils nous ont permis d’opérer des distinctions sociales fondamentales, comme celle du gender. Notre problématique articule la question de la réalisation de l’espace acoustique des voyelles en ALT avec le contraste consonantique de pharyngalisation, les patrons coarticulatoires qui en résultent ainsi que l’outil ‘équation de locus’ pour les révéler, tout cela dans une dimension de stratification sociale par le gender. Trois hypothèses de travail ont été présentées, la première sur la variation de l’espace vocalique et ses motivations, la deuxième sur la pertinence de l’utilisation de l’équation de locus et la troisième sur les distinctions liées au gender. Nos résultats, fondés sur l’analyse d’un corpus de mots trisyllabiques [C1V1- C2V2- C3V3] où C était soit une consonne pharyngalisée /s ˁ, t ˁ, d ˁ/, soit une consonne non pharyngalisée /s, t, d/, V étant une des trois voyelles brèves cardinales /i, u, a/, lu par dix locuteurs (6 hommes et 5 femmes) permettent de valider nos trois hypothèses : la variation des valeurs formantiques des voyelles, de l’espace acoustique et de la distance entre les deux premiers formants en fonction des trois facteurs : 1) le contexte consonantique (pharyngalisé vs non pharyngalisé) ; 2) la position prosodique (accentué vs inaccentué) ; et 3) la distinction sociale (homme vs femme). Notre travail a pu répondre positivement aux objectifs qui lui ont été assignés au départ : 1) sur le plan phonétique, donner un aperçu du système vocalique de l’ALT et de sa variation en fonction de la pharyngalisation ; 2) sur le plan dialectologique, répondre aux questions de la typologie dialectale arabe et le classement de l’arabe libyen, dialecte oriental vs dialecte maghrébin ; et 3) sur le plan sociophonétique, vérifier la profonde distinction sociale, parole de femme vs parole d’homme

  • Titre traduit

    Acoustic space and coarticulatory patterns : the vowels Arabic of Tripoli in pharyngealized context


  • Résumé

    This research focuses on a phonetic aspect that falls into three areas, phonetics, dialectology and Arabic sociophonetics. Our approach, tools and analysis are phonetic in nature. We analyzed the frequency of the first three formants [F1, F2, F3] of short cardinal vowels / i, u, a /of the Libyan Arabic of Tripoli (ALT) and we alternated the phonetic context of pharyngealized consonants / t ˁ, s ˁ , ˁ d / versus non pharyngealized / t, s, d / to verify the impact of the latter on the central frequency of formants. However, the results obtained have allowed us to compare the ALT to other popular varieties in modern Arabic. As they allowed us to make fundamental social distinctions, such as the gender. Our research problem deals with the issue of the realization of the acoustic space of vowels in ALT, in contrast with the consonant pharyngealization, the resulting co-articulatory patterns as well as the tool of 'locus equation' to reveal, all of this in a dimension of social stratification by gender. Three hypotheses were presented; the first was on the variation of the vowel space and its motivations, the second was on the appropriateness of using the locus equation and the third was related to gender distinctions. Our results, based on the analysis of a corpus of trisyllabic words [C1V1 C2V2-C3V3-] where C is either a pharyngalized consonant / s ˁ, ˁ t, d ˁ / or a non- pharyngalized consonant / s, t, d /, V is one of the three cardinal short vowels / i, u, a /, read by ten speakers (6 males and 5 females) to validate our three hypotheses. Changes in formant values of vowels, the acoustic space and the distance between the first two formants were based on three factors: 1) the consonantal context (pharyngalized vs. non- pharyngalized), 2) the prosodic position (stressed vs. unstressed), and 3) social distinction (male vs. female). Our study has been able to respond positively to the objectives assigned to it at the start: 1) on the phonetic level, it gives an overview of the vowel system of ALT and its variation with the pharyngealization 2) on the dialectological level, it answers questions from Arabic dialect typology and classification of the Eastern Libyan Arabic dialect vs Maghreb dialect and 3) on the sociophonetic level, it verifies the profound social distinction, woman's speech vs man's speech


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 2 vol. (370, 256 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2012.026.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2012.026.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.