La gastrectomie longitudinale : la faisabilité en ambulatoire : étude restrospective à propos de 30 cas

par Olivia Koussawo

Thèse de doctorat en Médecine. Anesthésie réanimation

Sous la direction de Rachid Badaoui.

Soutenue en 2012

à Amiens .


  • Résumé

    L’obésité est un problème de santé publique majeur croissant, nécessitant une prévention et un traitement le plus souvent multidisciplinaire. Le seul traitement de l’obésité ayant prouvé un gain en termes d’augmentation de l’espérance de vie est la chirurgie. Le but de cette étude est d’évaluer la faisabilité de la sleeve gastrectomie laparoscopique en ambulatoire dans un centre hospitalo-universitaire. Méthode : Cette étude monocentrique prospective a été réalisée au CHU d’Amiens de mai 2011 à avril 2012. L’étude entrait dans le cadre d’un protocole de recherche local. L’indication chirurgicale était validée lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire. L’étude a porté sur 30 patients répondant à la fois aux critères de prise en charge chirurgicale de l’obésité morbide et aux critères de prise en charge anesthésique en ambulatoire. Les protocoles d’anesthésie, de chirurgie et de prise en charge de la douleur et des vomissements étaient standardisés. Résultats : La population étudiée est à prédominance féminine(93 %). L’âge moyen du groupe était de 34 ans (22-55). L’IMC moyen était de 42,7 et le poids moyen de 117,3 kg. La moitié de la population présentait des comorbidités associées à l’obésité : HTA (5), dyslipidémie (3), tabagisme actif (6), prédiabète (1). La durée opératoire moyenne a été de 60 minutes. En peropératoire, nous n’avons noté aucune hémorragie, ni laparo-conversion. Il n’y a eu aucune complication postopératoire nécessitant la reprise chirurgicale. Nous avons comparé la douleur à l’entrée et à la sortie de SSPI. 27 patients présentent une douleur faible ou nulle en sortie de bloc. La totalité des patients présentent une douleur nulle ou faible en sortie de SSPI. 27 patients ne présentent pas de nausées ni vomissements postopératoires à la sortie du bloc. La durée moyenne en salle de réveil était de 86,5 minutes. L’appel du lendemain a trouvé seulement quatre patients présentant des symptômes ne nécessitant pas l’hospitalisation. Le critère de satisfaction globale est de 90 %. Conclusion : L’obésité ne constitue pas à elle seule une contre-indication à l’anesthésie ambulatoire. La chirurgie bariatrique du fait du terrain du patient nécessite une coopération entre anesthésistes et chirurgiens. La décision d’une prise en charge ambulatoire en chirurgie bariatrique ne doit se faire qu’au cas par cas après analyse du bénéfice/risque. L’évidence suggère que la sleeve gastrectomie est possible chez des patients sélectionnés par des équipes expertes en chirurgie bariatrique. Cependant, des études supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’innocuité et l’acceptabilité.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (57 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 51-57

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Pôle Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THM 2012-68
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.