Histoire et postérité de l'atomisme logique : l'ontologie des simples, la typologie des complexes, théories de la constitution et méréologie

par Guillaume Bucchioni

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Maurice Monnoyer.

Le président du jury était Frédéric Nef.

Le jury était composé de Jean-Maurice Monnoyer, Frédéric Nef, Achille C. Varzi, Peter Murray Simons.

Les rapporteurs étaient Frédéric Nef.


  • Résumé

    Ce travail traite du problème métaphysique de la composition. Ce problème peut être compris comme un ensemble de questions touchant à l'existence et à la nature des entités complexes et simples. Existe-t-il des entités complexes? Si oui, de quelle nature sont-elles? Comment sont-elles composées? Par quoi sont-elles composées (par des simples ou non)? Nous allons dans un premier temps analyser le paradigme russellien concernant le problème de la composition, à savoir l'atomisme logique. Cette analyse va nous amener à comprendre la façon dont l'outil logique (ici la logique russellienne) peut nous permettre de déterminer une ontologie (l'ontologie des faits) dans laquelle ces différentes questions trouvent des réponses déterminées. Puis nous aborderons le traitement contemporain de cette question qui se base sur la question spéciale de la composition (SCQ) développée par Peter van Inwagen dans Material Beings, et sur l'analyse méréologique. Nous allons alors aborder les différentes théories de la composition et nous allons essayer de justifier l'une d'entre-elles : l'universalisme de la composition. Cette justification nous amènera à développer et justifier une conception des simples (la théorie du Gunk), du temps (le quadridimensionnalisme), et une ontologie de l'étoffe matérielle. Nous achèverons notre travail en essayant de montrer que l'universalisme de la composition prend un sens particulier à l'intérieur des théories du monisme de priorité et du super-substantialisme.


  • Résumé

    This work deals with the metaphysical problem of composition. This problem can be understood as a set of questions relating to the existence and nature of simple and complex entities. Are there complex entities? What kind are they? How are they made? What are they made of (simples or not)? We will initially analyze the Russellian paradigm for the problem of composition, namely logical atomism. This analysis will lead us to understand how the tool logic (logic Russell here) can help us determine an ontology (ontology of facts) in which these questions are answered. Then we discuss the contemporary treatment of this question wich is based on the special composition question (SCQ) developed by Peter van Inwagen in Material Beings, and the mereological analysis. We then discuss the different theories of composition and we will try to justify one of them: the universalism of composition. This explanation leads us to develop and justify a conception of simples (the gunk theory), time (quadridimensionalism), and a stuff ontology. We will complete our work by trying to show that the universalism of composition makes sense within particular theories : priority monism and supersubstantivalism.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.