Archéologie d'un territoire de colonisation en Algérie : la commune mixte de La Calle 1884-1957

par Christine Mussard

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Francis Simonis.

Le président du jury était Samya el- Machat.

Le jury était composé de Francis Simonis, Samya el- Machat, Sylvie Thénault, Xavier Daumalin.

Les rapporteurs étaient Sylvie Thénault.


  • Résumé

    Dans l'Algérie française de la fin des années 1860, l'Etat est à la recherche d'une organisation administrative du territoire conquis. Plusieurs formes communales se développent et parmi elles, la commune mixte. Pour ses concepteurs, la création de cette entité a une visée singulière : étendre la colonisation dans l'intérieur du pays par l'accroissement du peuplement européen dans des villages ; favoriser le contact colons/colonisés et le développement d'une « éducation civique » de ces derniers. C'est donc une construction transitoire vers la commune de plein exercice, telle qu'elle existe en métropole. Dans les faits, les communes mixtes perdurent et ce jusqu'à leur disparition, institutionnalisée en 1947, mais effective à partir de 1956. La commune mixte de La Calle est érigée en 1884 à la frontière algéro-tunisienne. Son évolution est fortement liée à l'histoire de ce pays voisin, tour à tour Régence, protectorat français puis nation indépendante. A grande échelle, ce territoire évolue également en fonction de dynamiques de populations imprévues par le projet initial : mobilités diverses, enjeux fonciers. Les crises économiques, les guerres mondiales et la guerre d'Algérie sont autant de bouleversements internationaux qui marquent fortement le territoire de cette commune mixte. Cette étude vise à exposer le processus de construction d'un espace administratif, mais aussi à saisir les divers modes d'appropriation d'un territoire par l'ensemble des groupes qui forment son espace social.


  • Résumé

    In the late 1860s, in French Algeria, the State seeks an administrative organization of the conquered territory. Several communal forms grow and among them, the ”commune mixte ”. For its thinkers, this entity is created to expand settlement in the country by increasing European settlement in villages, but also to promote contacts between settlers and colonized people and to develop a "civic education". It is therefore a transitional construction to full-function joint as it exists in France. But in fact, the “communes mixtes” persist until their disappearance, institutionalized in 1947, but effective from 1956. The “commune mixte” of La Calle was erected in 1884 on the border between Algeria and Tunisia. Its development is closely linked to the history of the neighboring space that turns to the Regency, the French Protectorate and the independent nation. On a large scale, this area also changes depending on population dynamics unforeseen by the original project, related to mobility and land issues. Economic crises, world wars and the war in Algeria are all international upheavals that mark the territory of the ”commune mixte”. This study aims to describe the process of constructing an administrative space, but also to capture the various ways of appropriation of territory by all groups within its social space.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (457 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.440-450. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines (Fenouillères).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.