Cancer du sein et sentiment de guérison : impact de l'hormonothérapie lors de l'après-cancer chez la femme ménopausée

par Élise Gallon

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Louis Pedinielli.


  • Résumé

    Notre recherche se situe dans le contexte de l'après-cancer et a pour objectif l'étude de l'hormonothérapie dans le cadre du traitement adjuvant du cancer du sein chez la femme ménopausée. Nous avons cherché à évaluer l'impact du traitement anti-hormonal sur le sentiment de guérison que la femme s'approprie pour accéder à une guérison sur le plan psychique, après le cancer du sein. Cette étude qualitative a été menée auprès de 17 femmes ayant eu un cancer du sein et étant sous hormonothérapie adjuvante actuellement. Des entretiens semi-directifs ont été conduits auprès de ces sujets et complétés par un questionnaire d'auto-évaluation de la qualité de vie. Nous avons repéré trois degrés de sentiment de guérison (faible, moyen et fort) qui semblent corrélés à la qualité de vie actuelle du sujet et à son ressenti d'effets secondaires à l'hormonothérapie. Ainsi les patientes détentrices d'un faible sentiment de guérison du cancer du sein sont celles qui ressentent le plus d'effets secondaires au traitement et endurent la qualité de vie la plus détériorée. Elles semblent se sentir encore proches d'un statut de malade et le moins engagées dans un processus de guérison psychique. A l'opposé les patientes au fort sentiment de guérison ne manifestent pas d'effets secondaires au traitement ; une élaboration psychique est repérable dans leurs discours, témoin du travail de la guérison à l'œuvre chez ces sujets. Enfin, dans cette population de femmes déjà ménopausées lors du diagnostic, nous avons par ailleurs remarqué que l'hormonothérapie pouvait réactiver la période ménopausique, particulièrement chez les sujets dont l'expérience de la ménopause a été vécue difficilement.


  • Résumé

    Our research deals with the "after cancer" period and aims to study hormonotherapy within the framework of the adjuvating treatment of breast cancer on menopaused women. We tried to estimate the impact of the anti-hormonal treatment on the feeling of cure that women have to make their own, after a breast cancer, to reach a cure on the psychic plan. This qualitative study was led with 17 women who suffered from a breast cancer and are now under adjuvante hormonotherapy. The subject went through semi-directive conversations wich were complemented with a questionnaire of self-assessment of the quality of life. We defined three degrees of feeling of cure (weak, medium and strong) which seem correlated to the actual quality of life of the subjects and to their suffering regarding side effects in the hormonotherapy. So, on one hand, the patients experiencing a weak feeling of cure of a breast cancer are the ones who suffer the most from side effects during the treatment and bear the most damaged quality of life. They seem to feel like they are still patient's and don't seem to be engaged in a process of psychic cure. On the other hand, the patients who are experiencing strong feeling of cure do not show side effects of the treatment ; a psychic elaboration is noticeable in their speeches, and witness the "work of cure" these subjects are going through. Finally, among this population of women already menopaused when the diagnosis was made, we besides noticed that the hormonotherapy could reactivate the menopausic period, especially for subjects who suffered from the experience of menopause.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?