La pression temporelle dans les environnements dynamiques : le cas de la conduite automobile

par Stéphanie Coeugnet

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Janick Naveteur.

Soutenue en 2011

à Valenciennes .


  • Résumé

    La pression temporelle est souvent considérée comme une caractéristique majeure des sociétés modernes mais, paradoxalement, elle a été assez peu étudiée en situations écologiques et, notamment, dans le cadre de la conduite automobile. Cette dernière est souvent désignée comme une tâche secondaire qui se révèle pourtant centrale dans la réalisation de différentes activités professionnelles. Ce travail de thèse centré sur la pression temporelle au volant est exploratoire et s’appuie sur différentes approches : questionnaires, entretiens, enquêtes de terrain, suivi d’activité, et expérimentations en laboratoire. Nos données corroborent l’idée selon laquelle la pression temporelle a des effets délétères sur le comportement routier. Nous montrons également qu’elle peut être source d’émotions négatives mais, chez certains conducteurs, elle ne dégrade pas voire amplifie les émotions positives, en particulier le plaisir de conduire. Les effets de la pression temporelle sur l’impatience et sur l’empathie sont également abordés. Enfin, nos données montrent aussi que la pression temporelle modifie, au moins en partie, les estimations de vitesses et la perception du temps. Nous concluons de ce travail que la pression temporelle est de nature subjective et qu’elle possède une composante cognitive et une composante émotionnelle.

  • Titre traduit

    Time pressure in dynamic environments : the case of driving


  • Résumé

    Time pressure is often seen as a major feature of modern societies, but, paradoxically, it has been little studied in ecological situations, including in the context of driving. Driving is often designated as a secondary task that proves yet central to the achievement of different professional activities. Focusing upon time pressure at the wheel; this thesis constitutes an exploratory work. Methods are based on different approaches: questionnaires, interviews, field surveys, analysis of activity, and laboratory experiments. Our data support the idea that time pressure has deleterious effects on driving behavior. We also show that time pressure can be a source of negative emotions, but for some drivers, it does not degrade, even amplify, positive emotions, especially the pleasure of driving. The effects of time pressure on both impatience and empathy are also discussed. Finally, our data also show that time pressure changes, at least in part, the estimates of speed and it influences time perception. From this work, we conclude that time pressure is subjective in nature and it includes a cognitive component and an emotional component.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

La pression temporelle dans les environnements dynamiques : le cas de la conduite automobile

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (287 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 232-251. Index. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Site du Mont Houy.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 900778 TH
  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Site du Mont Houy.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : 900779 TH
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.