RON4 et ROP18 deux protéines de rhoptries de Toxoplasma gondii candidats vaccins ? : Etude dans un modèle de toxoplasmose chronique chez la souris

par Muhammad Imran Rashid

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé, spécialité Immunologie et vaccinologie

Sous la direction de Marie Noëlle Mevelec.

Soutenue le 14-12-2011

à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Santé, sciences, technologies (Tours) , en partenariat avec SST08/B/UMR INRA 483 - Immunologie Parasitaire - Vaccinologie et Biothérapie anti-infectieuse (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Claude Sirard.

Le jury était composé de Sonia Lacroix-Lamandé.

Les rapporteurs étaient Ermanno Candolfi, Marie-Laure Dardé.


  • Résumé

    Toxoplasma gondii, protozoaire intracellulaire obligatoire, est l’agent responsable de la toxoplasmose, infection qui revêt un caractère sévère au cours de toxoplasmoses cérébrales ou congénitales en médecines humaine et vétérinaire. Aucun vaccin n’est actuellement disponible ; le développement de stratégies vaccinales efficaces est donc d’actualité. Le potentiel vaccinant de deux protéines de rhoptries de T. gondii, RON4 et ROP18, protéines injectées dans la cellule au site de l’invasion lors de l’étape d’attachement à la cellule, a été évalué dans deux stratégies vaccinales contre la toxoplasmose chronique chez la souris: vaccination ADN par voie intramusculaire et vaccination par voie nasale avec des protéines recombinantes. L’immunisation avec des plasmides optimisés exprimant RON4, la partie N-terminale ou la partie C-terminale de RON4 co-administrés avec un plasmide exprimant l’adjuvant GM-CSF ou l’immunisation par voie nasale avec une protéine recombinante RON4 associée à la toxine cholérique, induit des réponses systémiques humorale et cellulaire (mixte Th1/Th2) mais ne confère pas de protection. Dans nos conditions expérimentales RON4 n’est pas un candidat vaccin potentiel. Des stratégies pour augmenter son immunogénicité par voie nasale et pour orienter la réponse cellulaire vers un profil Th1 pourraient cependant être envisagées. L’immunisation avec des plasmides bicistroniques exprimant à la fois ROP18 sous forme sécrétée et le GM-CSF ou ROP18 cytosolique et le GM-CSF, induit des réponses humorales et cellulaires (Th1) similaires et ne confère pas de protection significative. La co-administration d’un plasmide exprimant l’IL-12 n’augmente pas les réponses immunes avant infection mais a néanmoins contribué à augmenter la réponse cellulaire après infection. L’immunisation par voie nasale avec une protéine recombinante ROP18 associée à la toxine cholérique, induit une réponse systémique humorale (Th1/Th2) et confère une protection significative (réduction de la charge parasitaire de 50%). La co-administration de l’adjuvant poly I:C augmente la réponse cellulaire mais n’a pas d’effet sur la protection. Nos résultats suggèrent que ROP18 est un candidat vaccin potentiel, des stratégies pour améliorer son effet protecteur sont à envisager.

  • Titre traduit

    RON4 and ROP18 two proteins of rhoptries of toxoplasma gondii vaccine candidates ? : Study in mouse model of chronic toxoplasmosis


  • Résumé

    Toxoplasma gondii, an obligate intracellular protozoan, is the etiologic agent of toxoplasmosis. This infection has severe consequences during cerebral or congenital toxoplasmosis both in human and veterinary medicines. No vaccine is currently available, so the design of efficient vaccine strategies is still a topical question. In this study, RON4 and ROP18, two rhoptry proteins of T. gondii which are discharged into the host cell at the invasion site, immediately following intimate contact with the host cell, were evaluated in two vaccine strategies against chronic infection in mice: DNA vaccination by the intramuscular route and recombinant protein vaccination by the nasal route. DNA immunization with optimized plasmids encoding full length RON4, or only the N-terminal, or the C-terminal part of RON4 plus a plasmid encoding the adjuvant GM-CSF or nasal immunization with a recombinant RON4 protein plus cholera toxin induced systemic humoral and cellular responses (mixed Th1/Th2) but failed to confer protection. Strategies intended to enhance the immunogenicity of RON4 by the nasal route and to enhance the Th1 immune response against RON4 could be more effective.DNA immunization with ROP18 expressed as a secreted or a cytosolic form by bicistronic vectors which encode both the antigen and the adjuvant GM-CSF induced similar humoral and cellular (Th1) responses but did not confer significant protection. Co-administration of a plasmid encoding the adjuvant IL-12 did not enhance the immune responses before challenge but was able to prime a cellular immune response that was boosted by the parasite infection. Nasal immunization with a recombinant ROP18 protein plus cholera toxin induced systemic humoral responses (mixed Th1/Th2) and conferred partial protection (50% brain cysts reduction). Co-administration of the adjuvant poly I:C enhanced the cellular response but did not potentiate the protection. Our data suggest that ROP18 is a potential vaccine candidate against toxoplasmosis. Strategies to improve the protective effect of ROP18 should be investigated.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.